En direct

La place Rodin reconfigurée
PHOTO - 276617.HR.jpg - © JEAN-MARC LEFEBVRE ARCHITECTE

La place Rodin reconfigurée

Francis Gouge - |  le 08/01/2010  |  Val-de-MarneFrance entièreCollectivités localesEducationBéton

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Val-de-Marne
France entière
Collectivités locales
Education
Béton
Produits et matériels
Valider
Champigny-sur-marne -

La place Rodin, grande dalle de 12 000 m² ouverte à tous les vents, au cœur du grand ensemble du Bois-l'Abbé à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), a été totalement reconfigurée. Recouvrant deux niveaux de parking n'ayant pratiquement jamais fonctionné, elle a été éventrée sur 7 280 m². Jean-Marc Lefebvre, architecte du projet, a voulu retrouver la pleine terre à 14 m sous le niveau de la dalle.

« L'idée a consisté à créer un jardin bordé en partie d'équipements publics », explique-t-il. Il a donc imaginé un espace vert de 4 000 m² et trois bâtiments qui viennent s'adosser aux parties non démolies du parking.
La Ville de Champigny a réalisé le jardin ainsi qu'une mairie annexe et une grande maison pour tous (MPT). De son côté, le conseil général a construit un « Espace de solidarités » (EDS) qui cohabite avec un centre de protection maternelle et infantile (PMI).

Béton brut et panneaux de bois

Jean-Marc Lefebvre a réalisé les équipements municipaux et assuré la coordination architecturale avec l'équipe du conseil général, dirigée par Didier Antonucci, qui a conçu, en interne, son propre équipement. Pour les deux bâtiments municipaux (R 1) qui arrivent au niveau de la dalle, l'architecte a opté pour un béton brut peint de couleur ocre rouge en rez-de-chaussée alors que le département a souhaité un bâtiment (R 2) émergeant au-dessus de la dalle, dont la façade courbe est entièrement recouverte de panneaux de bois.
Le jardin et les équipements sont accessibles par des escaliers et par une pente végétalisée, véritable jardin suspendu où serpente un chemin. Reste encore à aménager la partie de parking qui n'a pas été détruite.
Au total, l'opération a coûté 22 millions d'euros TTC, dont 15,9 millions à la charge de la Ville qui a bénéficié de 4,5 millions de subventions (Anru, région, département, Caisse d'allocations familiales).
Les travaux ont été réalisés par l'entreprise Urbaine de travaux (bâtiments municipaux et rampe paysagée) avec Bouvelot (démolition), et par les entreprises Levaux (bâtiment départemental) et VTMTP et ISS Espaces verts (aménagements extérieurs).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur