En direct

La piscine de Dax chauffée à l'eau thermale

O. D. |  le 13/10/2017  |  Collectivités localesTechniqueBâtimentCorrèzeHaute-Vienne

Pyrénées-Atlantiques -

Pour son projet de piscine réalisée sur une friche industrielle en centre-ville, au sein du secteur de Cuyès-La Torte, quartier prioritaire au titre de la politique de la Ville, l'agglomération du Grand Dax a choisi une solution innovante qui s'appuie sur la richesse de la ville : son eau. « Une fois que nous avons optimisé le bâtiment en fonction des apports naturels, dans une démarche HQE, nous nous sommes interrogés sur les ressources que nous avions à disposition », explique Frédéric Bavard, directeur du bureau d'études Soja Ingénierie, chargé de la maîtrise d'œuvre avec le cabinet Octant Architecture, tous deux spécialisés en centres aquatiques et patinoires (piscine olympique de Limoges, centre aquatique de Brive-la-Gaillarde… ). L'atelier d'architecture aquitain Claret + Lebecq est également associé au projet.

Une eau à 58 °C. L'identité du bâtiment de 815 m2 en béton blanc sera marquée par le mouvement de vague créé par la succession de brise-soleil en métal. L'eau thermale alimentera les quatre bassins et l'aire de jeux, et contribuera au chauffage des locaux. « A Dax, l'eau est de bonne qualité et sort à 58 °C », précise le directeur. Architectes et bureau d'études ont ainsi étudié la possibilité de puiser l'eau et de récupérer la chaleur v i a un échangeur à plaques pour chauffer le bâtiment. « Quand l'eau passe dans l'échangeur, sa température baisse à 28-30 °C. C'est justement ce qu'il nous faut pour les bassins », précise Frédéric Bavard. Une solution qui permettra de couvrir 90 % des besoins du centre aquatique.

45 000 euros d'économie par an. Pour déshumidifier l'air, la maîtrise d'œuvre prévoit un système thermodynamique. « Les calories récupérées grâce à la condensation alimenteront une pompe à chaleur à absorption, ce qui améliorera les rendements de celle-ci », détaille Frédéric Bavard. Ces solutions élaborées à partir de la ressource naturelle procurée par la ville devraient engendrer une économie de 11 000 m3 d'eau et 45 000 euros par an, comparativement à un système classique qui utilise l'eau du réseau et un système de chauffage au gaz.

Les entreprises seront consultées pour ce marché, qui s'élève à 8,25 millions d'euros HT, avant la fin de l'année. Le démarrage des travaux est prévu au début de l'an prochain et la livraison dans le courant de l'année 2019.

PHOTO - 9418_593433_k2_k1_1437744.jpg
PHOTO - 9418_593433_k2_k1_1437744.jpg - © ARCHI GRAPHI

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur