En direct

La
Dans le cadre de la rénovation d'un de ses quartiers, la Communauté d'Agglomération Creilloise conduit un projet de recherche appliquée sur la gestion par les plantes des sols pollués , appelée « phytotechnologie ». - © © Ineris

La "phytotechnologie" pour mieux intégrer les sols pollués dans les projets d’aménagement urbain

le 19/06/2013  |  ArchitectureAménagementQuartier

La Communauté de l’Agglomération Creilloise mène depuis le début du printemps 2013 en collaboration avec l’INERIS, une expérience inédite en France sur des sols pollués en contexte urbain : projet de recherche appliquée sur la gestion par les plantes des sols pollués. Ce qu'on appelle « phytotechnologie ».

Dans le cadre de la rénovation du quartier intercommunal de Gournay les Usines, l'Agglomération Creilloise  conduit depuis  le début du printemps 2013 un projet de recherche appliquée sur la gestion par les plantes des sols pollués , appelée « phytotechnologie ».

Les phytotechnologies regroupent un ensemble de techniques qui utilisent des espèces végétales pour extraire, contenir ou dégrader des pollutions présentes dans les sols et présentant un risque pour l’Homme et pour l’Environnement. Ces techniques nouvelles sont des techniques douces de traitement des sols pollués, plus conformes aux enjeux de développement durable, qui pourraient constituer une alternative aux techniques de dépollution conventionnelles.

Cette expérimentation est réalisée dans le cadre de la restructuration du Carrefour des Forges à Montataire. En pratique, deux techniques seront testées sur une période de quatre ans :

- la « phyto-extraction » sur une zone d’environ 500 m2 au niveau même du carrefour des Forges ;

- la « phyto-stabilisation » sur 300 m2 environ au niveau de la voie nouvelle qui s’inscrit dans la continuité vers Creil.

Des saules des vanniers ont été plantés pour tester leur capacité d'extraction des métaux du sol
Des saules des vanniers ont été plantés pour tester leur capacité d'extraction des métaux du sol

Au carrefour des Forges, les terres propices à l’expérimentation ont été identifiées et préparées pour recevoir les plantes qui ont été choisies en concertation étroite avec les acteurs du projet afin de respecter les enjeux liés à la revégétalisation du quartier. Des saules des vanniers ont été plantés en début d’année pour tester leur capacité d'extraction des métaux du sol au niveau du carrefour des Forges. Ils seront rejoints bientôt par l’arabette de Haller, un hyper-accumulateur de métaux sur lequel l’INERIS travaille depuis plusieurs années.

L’Institut, qui suit l'expérimentation, viendra régulièrement mesurer les performances des plantes et collecter des échantillons pour réaliser des essais.

Une convention avait été signée entre la CAC et l’INERIS en octobre 2010 pour mener à bien le projet qui reçoit le soutien financier de l’Ademe. Ce projet est au coeur du dossier « Une nouvelle rue réunifiant passé industriel et futur urbain durable » présenté par la CAC au 3ème Concours National des Villes : ce dossier a obtenu le 11 juin dernier un prix d’Excellence dans la catégorie Développement Economique. « Le partenariat avec l’INERIS est un prolongement du projet de territoire de la CAC et de son plan d’actions environnementales » précise Jean Claude Villemain, Président de la Communauté de l’Agglomération Creilloise « une opération-vitrine pour l’éco-quartier de Gournay les Usines, qui devrait permettre de trouver une solution aux problèmes de pollution des sols ».

Commentaires

La "phytotechnologie" pour mieux intégrer les sols pollués dans les projets d’aménagement urbain

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur