En direct

La nouvelle route du Littoral déploie son tablier
PHOTO - 13882_843533_k2_k1_1983130.jpg - © J. BALLEYDIER / RÉGION RÉUNION

La nouvelle route du Littoral déploie son tablier

Emmanuelle Picaud |  le 06/07/2018  |  TransportsTechniqueChantiersRéunionEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Technique
Chantiers
Réunion
Europe
Infrastructures
Ouvrage d'art
Valider

Viaduc -

L'ouvrage d'art réunionnais, long de plus de 5 km, entame sa dernière ligne droite.

Livraison début 2019.

Commencé en 2014, le chantier de la nouvelle route du Littoral, à La Réunion, est entré dans l'une de ses phases les plus importantes, puisqu'il s'agit de construire la section en viaduc qui surplombe l'océan Indien. Un ouvrage monumental de 5,4 km de long et 30 m de large qui s'élève de 20 à 30 m au-dessus du niveau de la mer. A terme, il accueillera une 2 x 2 voies, ainsi qu'une voie réservée aux bus et une autre réservée aux modes doux (piétons et vélos).

Début juin, 28 piles sur les 48 avaient été posées et 2 400 m de tablier installés, soit presque la moitié de la longueur finale. « Au départ, nous posions une pile par mois. A présent, la phase d'apprentissage avec la méga-barge “Zourite” est terminée et nous atteignons une fréquence de deux à trois piles par mois », commente Olivier Tricoire, directeur d'opérations du chantier pour la région Réunion.

Avancée de 16 m par jour. Longue de 107 m pour 44 m de large, cette barge auto-élévatrice assure donc la pose des piles du viaduc. Construite sur le chantier naval Crist, en Pologne, spécialement pour les besoins du chantier, elle est équipée de huit jambes et deux ponts roulants jumelés, qui peuvent soulever jusqu'à 4 800 tonnes. « C'est la même taille qu'un terrain de foot, mais avec une base en béton », résume Olivier Tricoire. C'est aussi « Zourite » qui achemine les voussoirs spéciaux ou « méga-VSP » surmontant les piles du viaduc. Des systèmes en réalité composés de trois voussoirs, auxquels viendra s'ajouter de chaque côté une paire de voussoirs courants. Ces derniers sont quant à eux acheminés par la route, grâce à trois « fardiers », des camions de 35 m de long, 5 m de large et 216 roues, capables de transporter un immeuble de trois étages. Le lanceur de pont, long de 278 m et haut de 28 m, construit lui aussi spécifiquement pour les besoins du chantier, se charge ensuite de transporter les voussoirs préfabriqués et de les placer à côté des piles. En moyenne, deux paires de voussoirs sont posées chaque jour, soit une avancée du tablier de 16 m par jour.

L’ensemble du système (« méga-VSP » + deux paires de voussoirs courants) pèse 2 400 tonnes. Les responsables du projet ont bon espoir d’achever la construction du viaduc avant la fin de l’année. « Il nous restera les finitions à réaliser, comme la pose des enrobés », souligne le directeur des opérations. L’ouvrage inauguré, la question de l’aboutissement des digues, qui assurent les liaisons de part et d’autre de la nouvelle route, se posera. Les besoins de cette phase nécessitent 19 millions de tonnes de matériaux (enrochements et déblais). Quelque 7,5 millions de tonnes, dont 60 % de matériaux issus de revalorisation, ont d’ores et déjà été livrés. A elle seule, la carrière de la « Ravine du Trou », à Saint-Leu, pourrait couvrir 85 % des besoins restants en approvisionnements de matériaux. La région a demandé à l’Etat l’autorisation de l’exploiter. La procédure se poursuit actuellement ; l’enquête publique vient d’être annoncée pour fin juin. L’autorisation pourrait être délivrée dès la fin du troisième trimestre.

5 409 m. Longueur du futur tablier du grand viaduc.

1 386. Nombre de voussoirs qui supporteront le tablier.

38 000 tonnes. Masse d'acier nécessaire à la réalisation du viaduc.

300 000 m3. Quantité de béton utilisée dans la construction de l'ouvrage d'art.

Maîtrise d'ouvrage : conseil régional de La Réunion. Maîtrise d'œuvre : Egis (mandataire viaduc). Entreprises : Viaduc : Vinci Construction Grands Projets, Bouygues TP, Demathieu Bard Construction, Dodin Campenon Bernard.

Digues : GTOI, SBTPC, Vinci Construction Terrassement.

Coût : 715 M€ TTC (Etat 49 %, région Réunion 42 % et Fond européen 9 %).

PHOTO - 13882_843533_k3_k1_1983132.jpg
PHOTO - 13882_843533_k3_k1_1983132.jpg - © J. BALLEYDIER / RÉGION RÉUNION
PHOTO - 13882_843533_k4_k1_1983140.jpg
PHOTO - 13882_843533_k4_k1_1983140.jpg - © S. MARIZY / LIONEL GHIGHI
PHOTO - 13882_843533_k5_k1_1983141.jpg
PHOTO - 13882_843533_k5_k1_1983141.jpg - © L. DE GEBHARDT / RÉGION RÉUNION
PHOTO - 13882_843533_k6_k1_1983143.jpg
PHOTO - 13882_843533_k6_k1_1983143.jpg - © J. BALLEYDIER / RÉGION RÉUNION
PHOTO - 13882_843533_k7_k1_1983146.jpg
PHOTO - 13882_843533_k7_k1_1983146.jpg - © J. BALLEYDIER / RÉGION RÉUNION
PHOTO - 13882_843533_k8_k1_1983147.jpg
PHOTO - 13882_843533_k8_k1_1983147.jpg - © J. BALLEYDIER / RÉGION RÉUNION

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur