En direct

La Nouvelle-Aquitaine est née
C’est à l’occasion de la séance plénière du 27 juin 2016 que les élus ont adopté le nom de leur nouvelle région. - © © CRPC/Françoise Roch

La Nouvelle-Aquitaine est née

Bertrand Escolin (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 29/06/2016  |  CharenteCharente-MaritimeCorrèzeCreuseDeux-Sèvres

Après deux heures de discussions, la majorité des élus de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes a voté le 27 juin en faveur de son nouveau nom: la Nouvelle-Aquitaine.

Après plusieurs mois de consultation, dirigée par la conseillère régionale et historienne Anne-Marie Cocula, la commission ad hoc a rendu son rapport: «cette proposition est issue de ce que nous avons entendu dans nos déplacements, du travail avec les élus, les experts, les habitants de la nouvelle région. Nouvelle-Aquitaine, c’est une appellation, qui permet à tous les habitants une identification. Reste à en faire une identité. Mais cette appellation est aussi faite pour ne pas effacer les identités antérieures. Moi qui suis née en Dordogne, je sais bien que nous revendiquons le Périgord. Ces grandes villes, Poitiers, Limoges, Bordeaux, se sont construites peu à peu, se sont édifiées grâce à leur environnement, grâce à ces personnes, qui depuis le XVIIIe siècle ont quitté leur Béarn, Poitou ou Périgord natal.»

Alain Rousset, président de région poursuit le fil de la conseillère régionale: «je partage cette formule, nous avons un nouveau nom, il reste à faire une identité. Comme la Datar l’avait fait en prenant en compte les territoires vécus, la région ce sont les trajets domicile travail, là où on téléphone, où l’on se fait soigner, où l’on fait des études. Ces relations existent déjà, entre Charente et Bordeaux, Béarn et Pau ou Bayonne. Nous gardons cette exigence de l’exécutif pour faire une identité bienveillante, qui respecte chacun des territoires, les rendent plus dynamiques. Nos défis sont nombreux: quelle espérance nous donnons à l’agriculture, aux territoires ruraux, aux personnes âgées, que faisons-nous pour ne pas accélérer la désertification, ne pas appauvrisse les zones périurbaines ?»

Identités

«Depuis 40 ans qu’elle existe, l’Aquitaine n’a pas fait disparaître l’identité du Périgord, du Pays basque. Nous allons peut-être vivre le retour des petites provinces sur ce territoire historique du duché d’Aliénor d’Aquitaine, la Saintonge, l’Aunis, la Gâtine, le Poitou, et tant d’autres. Cette identité doit marquer une ambition internationale, le respect de l’environnement, être un laboratoire sur l’innovation. Le mot «nouvelle» est intéressant, parce que nous voulons marquer une marche en avant. Nouvelle-Aquitaine, c’est une marque aussi pour nos produits, nos paysages, nos entreprises et les initiatives de nos habitants. Je comprends l’émotion et la tristesse, mais il s’agit de regarder vers l’avant. Quels choix avions nous ? ALPC, ce n’est pas un choix, mais une terminologie administrative, qui marque une absence d’identité et de perspective. «Grande»  a été écarté pour son côté prétentieux. Notre méthode unique en son genre était la bonne: nous avons engagé une série de consultations, à travers un site Internet, et le cheminement de ce groupe de travail pour écouter, là où les gens voulaient s’exprimer. Il nous reste à la faire vivre, à la dynamiser, et passer au vote.»

Le vote qui eu lieu en fin de matinée entérine le nom Nouvelle-Aquitaine, son siège dans la capitale régionale Bordeaux, où auront lieu les assemblées plénières, le maintien des sites régionaux de Poitiers et Limoges, où pourront se réunir, selon le choix des présidents de commissions, les commissions en alternance.

A l’issue du vote de 167 voix pour, 11 voix contre et 5 abstentions, Alain Rousset pouvait enfin déclarer «Le changement de nom est un acte fondateur. Nous nous appelons désormais Nouvelle-Aquitaine et à nous tous, ensemble, de lui faire honneur».

Commentaires

La Nouvelle-Aquitaine est née

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur