En direct

La « Muraille de Chine » va disparaître

Emmanuel Therond |  le 21/10/2016  |  Puy-de-DômeInternational

Clermont-Ferrand -

Impossible de ne pas la voir. Perchée sur le plateau Saint-Jacques depuis plus d'un demi-siècle, la « Muraille de Chine » fait partie du paysage urbain clermontois. Construit en 1961, ce grand ensemble de 250 m de long compte 354 logements et 14 entrées, l'ensemble étant réparti sur huit à neuf étages. Problème : ce bâtiment du bailleur social Logidôme accuse le poids des années, avec des appartements exigus, l'absence de balcons, une isolation insuffisante, des ascenseurs inadaptés aux personnes à mobilité réduite et des faiblesses d'ordre technique (planchers trop fins, présence d'amiante sur la toiture-terrasse… ).

Une barrière physique qui isole le quartier. Autre défaut de cette « barre de béton » : elle forme une barrière physique au sein du territoire et coupe le quartier du centre-ville, malgré la présence du viaduc Saint-Jacques tout proche. Pour remédier à cette situation, trois possibilités s'offraient à la Ville de Clermont-Ferrand et Clermont-Communauté : réhabiliter simplement les logements, procéder à une restructuration lourde, ou déconstruire l'ensemble. C'est finalement cette troisième option qui a été retenue, pour un coût de 25 millions d'euros, financé à hauteur de 12 millions d'euros par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru).

Le chantier devrait être lancé aux alentours de 2021-2022, pour une durée de trois ans, une fois que le relogement des habitants sera achevé. En parallèle, le projet comprend la déconstruction de « l'Allée des Dômes », un autre ensemble de 168 logements et 14 étages, également construit en 1961.

S'il est encore trop tôt pour parler de l'étude d'après, les orientations du plan local d'urbanisme laissent supposer la création de constructions aérées et d'une coulée verte, le renforcement de l'intermodalité de la gare ferroviaire toute proche et la restructuration progressive d'autres îlots bâtis. La proposition de démolition de la « Muraille de Chine » devrait être adoptée par l'Anru en décembre.

PHOTO - 4259_276588_k2_k1_710984.jpg
PHOTO - 4259_276588_k2_k1_710984.jpg

Commentaires

La « Muraille de Chine » va disparaître

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX