En direct

La mort de François Cavanna, gardien de la mémoire des maçons italiens de l’Est parisien
François Cavanna en 2012 à Paris - © © CC

La mort de François Cavanna, gardien de la mémoire des maçons italiens de l’Est parisien

Michel Dalloni |  le 30/01/2014  |  ProfessionFormationArchitectureMarneVal-de-Marne

Le journaliste et écrivain François Cavanna, est mort mercredi 29 janvier, à l’âge de 90 ans. Dans Les Ritals, son premier livre, qui fut un succès, il avait raconté l’histoire des siens : les maçons italiens de l’Est parisien.

François Cavanna avait une grande moustache blanche, le sens de l’amitié, le regard sincère de ceux que la vie n’a pas épargnés et un sacré caractère. Il avait un joli brin de plume. Et se fit écrivain après avoir été journaliste, inventeur de revues plus que satyriques – Hara Kiri et Charlie Hebdo. Mais il avait aussi un coup de truelle très précis. Car il était fils d’un maçon italien de Bettola, gros bourg du val de Nure, en Emilie-Romagne, réfugié comme tant d’autres dans les années 1910, à Nogent-sur-Marne, dans la banlieue Est de Paris.

Les Cavanna, comme les autres, étaient venus pour participer aux impressionnants travaux de reconstruction du viaduc ferroviaire de la ligne stratégique Paris-Mulhouse (un pont en arc de 830 m de long et 29 m de haut, composé de 15 arches de 30 m) qui enjambe la Marne et avait été détruit en 1871 pour stopper les Prussiens dont l’avance menaçait Paris. En 1872, 92% des Italiens de Nogent-sur-Marne travaillaient pour le BTP. En 1962, ils étaient encore 44%. Ils y sont restés, ont fondé des familles, construit des maisons, créé un quartier, bâti des entreprises qui ont essaimé dans la région parisienne dont certaines avaient (ou ont toujours) pignon sur rue : Taravella-Cavanna, Imbuti, Schenardi, Quagliaroli, Ponticelli, etc.

Les "Ritals"

De cette histoire, des souvenirs de son père Luigi, François Cavanna fit un livre, son premier et peut-être son plus beau, dont le titre dit précisément la fierté, la mélancolie et, parfois, le sentiment d’exclusion de la petite communauté de ces Romagnols-là : Les Ritals (Belfond, 1978).

Dès les premières lignes des Ritals, le ton est donné. C’est celui du bâtiment : « Le mètre du maçon est en bois, tout jaune (…) Le bois est mince, les grosses pattes pleines de crevasses sont raides, le mètre, crac, casse. Le maçon jure porco Dio, traîne la Madonna dans la merde et engueule le garçon. Le garçon, c’est l’arpète. Quand quelque chose va de travers, c’est lui qu’on engueule (…) Il a une augée de mortier sur l’épaule, ou deux sacs de plâtre dont un sur la tête, pour l’équilibre, ou un cabas plein de litrons au bras, et il court. A plat ou sur l’échelle. Un garçon maçon qui ne court pas, il se retrouve bientôt à chercher de l’embauche chez les bureaucrates. » Tout une époque…

Ce fut un succès. La critique apprécia. Les lecteurs aussi, qui n’étaient pas tous descendants de ces immigrés, même si la plupart l’étaient. En 1991, Marcel Bluwal en fit une dramatique pour la télévision française où Benoit Magimel tient le rôle de François Cavanna.

La "petite Italie" de Nogent

Rue Sainte-Anne, au n°3, en plein centre de la ville de Nogent, là même où battait autrefois le cœur vif de la communauté italienne des bords de Marne, ne subsistent que de rares vestiges. Seul un immeuble modeste, en briques, haut de quatre étages, porte témoignage de ce qui fut la « petite Italie » de François Cavanna. C’est l’immeuble où il est né, le 22 février 1923. Il a été édifié en 1911 par Dominique Cavanna et Dominique Taravella. Une plaque le rappelle et entretient le souvenir de ces bâtisseurs venus d’ailleurs.

Pour célébrer à sa façon l’ouverture du Musée de l’histoire de l’immigration, installé dans le Palais de la porte Dorée (Paris, 12e), en 2007, François Cavanna avait offert la truelle de son père, exposée depuis au public. Un petit mot manuscrit, griffonné  sur une feuille quadrillée qu’on croirait arrachée du carnet d’un chef de chantier, l’accompagne. Il est signé François Cavanna : « Cette truelle très usée fut celle de Luigi Cavanna, mon père. Ce n’est pas une relique. J’en ai hérité, et tout naturellement, je m’en suis servi à mon tour, comme chose allant de soi. » Elle est devenue le symbole de l’intégration, de la transmission et du respect de la tradition, toutes valeurs qui animent le BTP.

François Cavanna avait dédié ses Ritals « à tous les Cavanna, les Taravella, les Giovanale, les Gariboldi, les Cisticerchi, les Nardelli, les Bocciarelli, les Maloberti, les Pavarini, les Burgani, les Simoneto, les Gasparini, les Pianetti, les Pellicia, les Bergonzi, les Ferrari, les Farinotti, les Sargiente, les Redivo, les Manfredi, les Colucci, les Staletti, les Perani, les Draghi, les Brascio, les Villa, les Lucca, les Rocca, les Porro, les Roffi, les Rossi, les Ricci, les Lozzi, les Prati, les Toni et à tous ceux qui font que la banlieue Est n’est pas la banlieue Ouest… » Parmi eux, des maçons aux mains calleuses et bouffées par la chaux, des plâtriers aux joues « de papier mâché », des terrassiers, des peintres, sûrement, des carreleurs, sans doute, et des arpètes galopant, une augée sur l’épaule, entres les tas de sable et ceux de parpaings. François Cavanna n’a pas seulement raconté leur histoire, exhumé leurs souvenirs, sauvé leur mémoire. Il ne leur a pas seulement rendu justice en leur rendant vie. Il a fait bien plus et tellement mieux : il leur a offert une place dans nos cœurs.

Commentaires

La mort de François Cavanna, gardien de la mémoire des maçons italiens de l’Est parisien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur