En direct

La modernisation d’une écluse rhénane a entraîné un levage à trois grues

CONRAD FREELING |  le 29/11/2013  |  IngénierietransportMatériel de chantier

Pour remplacer la porte d’une écluse, Mediaco a dû effectuer un coup de crochet spectaculaire.

Le changement d’une porte de l’écluse EDF de Kembs (Haut-Rhin), sur le canal du Rhin, a engagé Mediaco dans de spectaculaires manœuvres à trois grues. Le mode opératoire a été minutieusement préparé pendant six mois par Joseph Paris, constructeur de la porte, et le levageur. Les points d’élingage qui équiperont provisoirement chaque colis ont été soigneusement définis. Mediaco-Sogecofa engage des automotrices télescopiques Terex AC 350, AC 500 et AC 800. Le choix des Terex tient à « leurs tableaux de charge et à leurs performances adaptées à cette mission délicate », selon Serge Dietrich, directeur commercial de Sogecofa. Par ailleurs, la présence du bâtiment de commande de l’écluse, qui empêche la descente directe des éléments de la porte levante dans les gorges où elle coulissera, a entraîné la configuration retenue : des manœuvres à trois grues depuis le quai et le fond du sas asséché, isolé par des batardeaux. L’AC 500, déposée par l’AC 800 au fond du sas, est équipée de 160 t de contrepoids. L’élingage a été étudié par le constructeur et validé par des essais à blanc. Livrés par péniche, les éléments de porte pesant chacun jusqu’à 130 t sont entreposés dans l’espace exigu du quai, au pied des grues, puis déposés au fond du sas. Des manœuvres délicates sont alors nécessaires pour les retourner sur la tranche avant de les faire pivoter pour les engager dans les gorges. La longueur de chaque colis dépassant la largeur du sas (25 m), la rotation exige une extrême précision. Ce coup de crochet s’effectue à trois grues  celles sur le quai travaillant en l’aveugle -, synchronisées par un chef de manœuvre assisté d’un observateur. L’AC 500 opère 26 m en dessous des deux autres. « Chacun dans l’équipe connaît le mode opératoire. On ne peut pas se permettre le moindre écart », insiste Serge Dietrich. Redressé et maintenu en suspension, le premier colis est relevé par la seule AC 500, effectuant ainsi son retournement sur la tranche. La grue est équipée d’élingues de 80 t munies d’un écarteur de 9,50 m. La charge est ensuite libérée des élingues supérieures par deux nacelles. La rotation finale, au ras des parois du sas, permet de caler l’élément dans ses rails. La manœuvre sera répétée pour assembler les cinq éléments de la porte.

PHOTO - 760376.BR.jpg
PHOTO - 760376.BR.jpg

Commentaires

La modernisation d’une écluse rhénane a entraîné un levage à trois grues

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur