En direct

La mobilité et l’enseignement supérieur, points forts du contrat de plan Etat-Région Midi-Pyrénées
Après l’achèvement du plan rail, le ferroviaire demeure l’une des priorités de la Région Midi-Pyrénées. - © © Emmanuel Grimault Grimault Emmanuel

La mobilité et l’enseignement supérieur, points forts du contrat de plan Etat-Région Midi-Pyrénées

jean-marie constans |  le 05/03/2015  |  FormationCollectivités localesArchitecture

Dans le cadre du CPER 2015-2020, 1,77 milliard d’euros d’investissements sont programmés. Un contrat qui devra faire l’objet d’une harmonisation avec celui de Languedoc-Roussillon.

Le conseil régional Midi-Pyrénées a validé le contrat de plan Etat-Région 2015-2020 en préalable à la signature avec l’Etat d’ici le mois de mai. Une procédure qui implique cependant une «clause de revoyure» dans les deux ans afin d’établir, dans le cadre de la fusion des deux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, un contrat unique articulé sur une harmonisation des politiques régionales. «Cette démarche ne devrait pas remettre en cause les priorités définies dans le cadre du CPER» estime Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées. «Nous créons avec Damien Alary, mon homologue en Languedoc-Roussillon, les conditions pour fonctionner rapidement de manière opérationnelle». Sur près de 1,77 milliard d’euros de financement prévus, la part de la Région représente 723,7 millions d’euros, celle de l’Etat 707,8 millions d’euros et celle des autres collectivités et partenaires environ 338 millions d’euros.

Finaliser le PDMI

Trois volets dominent les prévisions d’investissement: la mobilité, route et ferroviaire, l’enseignement supérieur et la transition énergétique. Plus de 476 millions d’euros seront ainsi consacrés au réseau routier, dont 435,7 millions pour finaliser le programme de modernisation des itinéraires routiers (PDMI), avec des opérations phares telles l’achèvement de la mise à 2x2 voies de la N88 dans l’Aveyron (92 millions d’euros), de la N124 Toulouse-Auch (164,5 millions d’euros) ou la mise à 2x3 voies du périphérique toulousain (48,5 millions d’euros). Le rail mobilise 376 millions d’euros, dont 76,7 millions d’euros pour le réseau structurant, axes Toulouse Tarbes, Castelnaudary, Montauban, Agen, Brive. 191,4 millions d’euros sont par ailleurs consacrés à la modernisation du nœud ferroviaire toulousain dans la perspective de l’arrivée de la LGV. L’enseignement supérieur bénéficiera de 264,3 millions d’euros, dont environ 118,4 millions pour les opérations immobilières sur le pôle toulousain et 67,3 millions pour les sites de proximité, Rodez, Albi, Montauban, Tarbes, Castres, Montauban, Cahors. 17,2 millions étant spécifiquement réservés au logement étudiant. Axe fort de la politique régionale, la transition écologique et énergétique se voit attribuer 312 millions d’euros, dont 80,6 millions destinés à l’efficacité énergétique des bâtiments et 23,8 millions au développement des énergies renouvelables.

Commentaires

La mobilité et l’enseignement supérieur, points forts du contrat de plan Etat-Région Midi-Pyrénées

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur