« La mobilité électrique n'a toujours pas de programme », Arnaud Banner, directeur technique et innovation d'Omexom

Si les bornes de recharge pour les véhicules fleurissent dans toutes les villes, le déploiement de ces équipements semble encore manquer de cohérence. Arnaud Banner, directeur technique et innovation d'Omexom, la marque de Vinci Energies spécialisée dans l'ingénierie et la maintenance des infrastructures électriques, revient sur les lacunes de l'actuelle politique de soutien à l'électromobilité.

Partager
« La mobilité électrique n'a toujours pas de programme », Arnaud Banner, directeur technique et innovation d'Omexom
Arnaud Banner, directeur technique et innovation d'Omexom, une marque de Vinci Energies.

Selon vous, quel est le principal frein au développement du véhicule électrique ?

Arnaud Banner : Quand on parle d’électromobilité, les discours tournent souvent autour de l’autonomie des véhicules, des bornes de recharge, ou de l’extension du réseau. La question des utilisateurs est souvent oubliée. Toutefois, ces derniers adopteront cette nouvelle technologie si leur capacité de déplacement n’en souffre pas. Cette recherche d’une facilité d’usage comparable au véhicule thermique, et ce à un moindre coût pour notre société, devrait donc guider nos réflexions. Les conducteurs accepteront-ils une charge lente de leur voiture, alors qu’ils ont l’habitude du plein ? Comment peut-on gérer les flux de vacanciers durant l’été sur les autoroutes ?

Pourquoi ce sujet est-il encore peu abordé ?

A.B. : La prise en compte des usages soulève des interrogations complexes, auxquelles les acteurs de la filière peuvent répondre sans se concerter. Or, pour le moment, chacun prend des initiatives de son côté. La puissance publique devrait définir clairement des choix d’usage. Cependant, à la sortie des Assises nationales de la mobilité, il n’y a toujours pas de plan sur le sujet. Des annonces à propos de l’interdiction des véhicules à essence dans les centres-villes en 2030 mettent pourtant en évidence la nécessité d'un programme de déploiement coordonné.

La technologie est-elle prête pour ce défi ?

A.B. : La plupart des verrous technologiques sont levés. Les enjeux portent maintenant sur la pertinence économique des procédés existants. L’alimentation de plusieurs bornes par un seul point de livraison implique des infrastructures capables de délivrer de fortes puissances. Cet investissement est-il approprié ? La recharge par induction, c’est-à-dire sans fil, ouvre de nouvelles perspectives : l’institut Vedecom a, par exemple, réussi à alimenter un véhicule roulant à 100 km/h par la route. On pourrait alors imaginer d’inclure des dispositifs de recharge dans l’espace urbain, ce qui répartirait l’appel de puissance.

Par ailleurs, on peut aussi se demander si la multiplication des batteries n’entrainera pas une hausse du prix du lithium. Il faut donc également considérer les interactions entre le véhicule individuel et les transports publics. Nous sommes notamment partenaires du projet « Rouen Normandie mobilité intelligente pour tous - pour un système intégré de mobilité multimodal et décarbonné ». Cette opération vise à étudier de nouveaux outils d’organisation des flux à l’échelle de la métropole Rouen Normandie afin de réduire le recours à la voiture. Elle a été retenue dans le cadre de l’appel à manifestations d’intérêt national « Territoires d’innovation de grande ambition » et candidatera à un appel à projets national sur le même thème en milieu d’année.

SUR LE MÊME SUJET

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Artisans - Gros oeuvre

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil