En direct

La mobilité, composante des bureaux de demain
La montée en puissance de la mobilité des salariés influence le bureau de demain. - © © Blitz

La mobilité, composante des bureaux de demain

S.V. |  le 05/06/2018  | 

Que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du bureau, les salariés deviennent de plus en plus mobiles. Selon une étude réalisée par la société d’immobilier tertiaire SFL, plus d’un tiers d’entre eux travaillent hors du bureau au moins une fois par mois.

La mobilité pourrait révolutionner en profondeur les manières de travailler. Alors que les débats sur le travail nomade se multiplient, la société SFL, spécialisée dans l’immobilier tertiaire parisien, publie ce 5 juin 2018 les résultats de la 5e édition du baromètre Paris Workplace SFL-Ifop, intitulée « Demain tous mobiles ? » (1). Parmi les premiers enseignements, l’étude note que la mobilité au travail est loin de constituer un phénomène marginal.

Ainsi, plus d’un tiers des salariés interrogés (34%) travaillent hors du bureau au moins une fois par mois, que ce soit chez eux, ou dans un tiers-lieu. Pendant une semaine de travail type, 30% ont au moins un rendez-vous professionnel à l’extérieur du bureau.

Cette mobilité se manifeste également au niveau interne. « 35% des salariés affirment travailler à deux endroits ou plus sur leur lieu de travail, au cours d’une journée type : salle de réunion, bureaux de passage, espaces de convivialité, bulles de silence, etc. », note SFL dans son étude.

Les jeunes salariés, à l’origine du changement

Selon la société, les jeunes salariés sont à l’origine d’une transformation des pratiques. Le fait de sortir du bureau pendant la journée pour une raison personnelle devient la norme, que ce soit pour réaliser une course (63% des jeunes de moins de 25 ans, contre 45% des plus de 50%) ou encore, faire un aller-retour à son domicile (35% contre 9%). Cette mobilité se retrouve également dans leur manière de travailler : 41% des moins de 35 ans travaillent au moins une fois par semaine à l’extérieur du bureau, contre 30% des plus de 35 ans.

Paradoxalement, si la mobilité devient une règle pour les salariés, 72% des super-mobiles (2) affirment que les bureaux constituent un élément important dans le choix de rejoindre une entreprise. C’est deux fois plus que la moyenne des salariés (39%).

Ils sont aussi plus nombreux à juger que les bureaux ont un impact sur l’esprit d’équipe (96% contre 82%), sur la performance de l’entreprise (94% contre 75%), mais surtout sur le recrutement (85% contre 68%).

« Révolution de la mobilité intérieure »

Aussi,  face à cette super-mobilité, les bureaux sont obligés de s’adapter. Les salariés dits super-mobiles sont équipés pour travailler depuis n'importe quel espace (55% contre 15% seulement pour l’ensemble des salariés). Ils n’hésitent pas à bouger pour s’isoler (87 % vs 54 %) et proposent des espaces de convivialité pour échanger (84 % vs 66 %).

Les super-mobiles sont en outre 2,5 fois plus nombreux que la moyenne à ne pas avoir de bureaux attitrés sur leur lieu de travail (21 % contre 8 % pour l’ensemble des salariés). « On assiste donc bien à une révolution de la mobilité intérieure, qui représente un véritable défi pour les immeubles de bureaux qui devront être toujours plus performants et adaptables, en conciliant densité d'occupation, réversibilité des espaces et signalétique efficace », décrypte la SFL.

Cette nouvelle organisation du travail a ainsi des conséquences sur la conception des bureaux, comme l’analyse le cabinet de conseil en immobilier d’entreprise Colliers International France.

« Finis les bureaux attribués, les salariés disposent d’un ensemble d’espaces qu’ils utilisent en fonction de leurs activités. Aux traditionnelles salles de réunion s’ajoutent des lieux de silence ou de concentration, des espaces de conversation plus informels ou des aménagements propices au travail d’équipe », observe le cabinet dans son livre relatif à l’impact des environnements de travail sur la transformation des entreprises.

(1) Pour réaliser cette étude, SFL a mené l’enquête auprès de 2000 salariés à Paris et en première couronne. Trois thématiques ont été abordées : les trajets domicile-travail, la mobilité dans le quartier et les déplacements à l’intérieur des espaces de bureaux.

(2) « Les super-mobiles » sont les salariés qui travaillent au moins une fois par mois hors du bureau ET travaillent à deux endroits ou plus au sein de leurs bureaux ET se déplacent au moins une fois par semaine pour un rendez-vous professionnel.

Commentaires

La mobilité, composante des bureaux de demain

Votre e-mail ne sera pas publié

Virginie

05/07/2018 13h:28

C'est aussi ce que nous constatons chez Neo-nomade avec une augmentation croissante des réservations d'espaces de coworking par des salariés d'entreprises.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur