En direct

La meilleure façon de marcher dans la cité
Grâce à l’application enform@Lyon, la capitale des Gaules met ses citadins en mouvement. Certains d’entre eux découvrent le patrimoine local en marche nordique. - © LAURENCE DANIERE

La meilleure façon de marcher dans la cité

F. d'O. |  le 19/10/2018  |  SantéMobilitéSport

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Mobilité
Urbanisme
Sport
Valider

Activité sportive -

« J 'ai un test infaillible, assure Florence Huguenin-Richard.

Une ville est réellement “marchante” quand on y circule sans peine avec une trottinette dotée de roues étroites. Là où elle passe, passeront sans peine les personnes âgées ou malvoyantes, les parents avec leur poussette. » Depuis vingt ans, cette géographe, enseignante à la Sorbonne, étudie les problématiques de mobilité piétonne. Et, selon elle, la compacité d'une ville ne suffit pas à garantir son potentiel piétonnier.

« La qualité de la trame viaire a une importance capitale, poursuit-elle. Un réseau bien fléché, avec peu de culs-de-sac et un grand nombre de carrefours, favorise un choix multiple d'itinéraires. Il faut aussi de larges trottoirs et un revêtement de qualité. Et des bancs publics pour se reposer ! Pour encourager la marche, certaines villes vont jusqu'à se doter de panneaux signalant les temps de parcours, ou imaginent des systèmes de fléchage au sol colorés. »

La compacité d'une ville ne suffit pas à garantir son potentiel piétonnier.

« Favoriser la mixité fonctionnelle ». Mais les campagnes de sensibilisation pour inciter à faire de l'exercice ont leurs limites. « Les populations les plus vulnérables ne se sentent pas toujours concernées, reconnaît Florian Ruf, chargé de projet chez Promotion Santé Vaud, un organisme para public chargé de promouvoir la santé dans le canton de Vaud (Suisse). Il est donc essentiel d'agir sur l'environnement urbain pour qu'il incite à marcher davantage. Nous avons édité un répertoire de mesures souvent simples à mettre en œuvre : favoriser la mixité fonctionnelle dans les projets d'aménagement pour encourager les déplacements de courte distance, renforcer un réseau de cheminements piétons bien balisé et sans détours. D'autres préconisations sont d'ordre architectural. Ainsi, les escaliers d'un bâtiment seront davantage empruntés s'ils sont bien éclairés et facilement repérables. Hélas, les promoteurs préfèrent valoriser les espaces les plus lumineux, au détriment des escaliers qui se retrouvent dans des recoins obscurs. » Pour mettre en mouvement une part croissante de sa population, la Ville de Lyon a recours à une application gratuite pour smartphones : enform@Lyon. « Cette appli a été développée pour décloisonner la pratique sportive et la rendre accessible à tous, à tout moment de la journée, explique Yann Cucherat, adjoint au maire chargé des sports, grands événements et tourisme. Elle s'adresse surtout à ceux qui n'ont pas l'habitude de chausser des baskets. » L'idée est de coupler le traditionnel parcours de santé avec la découverte du patrimoine. Une vingtaine de boucles audio guidées sont classées par couleur, selon la distance et le dénivelé. L'application signale chaque point de vue ou monument remarquable, prodiguant des commentaires qui agrémentent la balade. Pour les exercices de renforcement musculaire, les parcours signalent les agrès de street workout (entraînement de rue) existants mais aussi les rambardes, escaliers, bancs… Téléchargée 20 000 fois depuis son lancement, il y a un an, l'application a fait de l'agglomération un vaste terrain de sports.

PHOTO - 15478_928726_k3_k1_2167427.jpg
Sur les berges de Seine, les bancs « Mikado » sont aussi utilisés par les Parisiens pour faire des abdos. « Construits en chêne brut, ils contribuent à stocker le carbone », souligne leur concepteur, l’architecte Franklin Azzi. - © HENRI GARAT / MAIRIE DE PARIS
PHOTO - 15478_928726_k4_k1_2167428.jpg
Avec leur idée de salles de sports itinérantes bénéficiant d’un air intérieur dépollué, Robin Ferrière et Johann Rifaat, étudiants à l’Institut supérieur des arts appliqués (Isaa) Paris, viennent de remporter le deuxième prix du concours Architecture(s) élémentaires(s) organisé par 1 la société Algeco. - © ROBIN FERRIÈRE ET JOHANN RIFAAT

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur