Recherche & développement

La maquette numérique redessine un hôpital

Mots clés : Établissements de soins - Informatique

Pour fiabiliser la conception technique de l’extension de l’hôpital de Hautepierre à Strasbourg (Bas-Rhin), Ingérop s’est appuyé du logiciel Revit afin de redessiner le centre hospitalier dont le chantier a démarré au début de l’été.

Pour fiabiliser la conception technique de l’extension de l’hôpital de Hautepierre, dont le chantier a démarré au début de l’été, Ingérop s’appuie sur le Building Information Model (Bim). « La taille du projet et l’enchevêtrement des réseaux ont convaincu les CHU de Strasbourg, maître d’ouvrage, de suivre cette approche », se réjouit Philippe Gachot, directeur du département Bâtiment d’Ingérop Nord-Est. A partir des plans en deux dimensions de l’architecte Groupe 6, le groupe d’ingénierie représente en trois dimensions les 70 000 m2 qui mobiliseront plus de 150 millions d’euros. L’ampleur de la tâche a conduit à la répartir : la direction nationale d’Ingérop pilote la modélisation du plateau médico-technique et locomoteur, tandis que l’équipe de Philippe Gachot se concentre sur l’Institut régional du cancer. Les dessinateurs mettent en pratique leur formation au logiciel Revit.

Effet d’entraînement

 

« Désormais, il ne s’agit plus de rentrer des traits, mais de vrais objets, comme des gaines de ventilation, avec tout leur encombrement et en temps réel » : Chantal Lucquiot, chef de projet à Strasbourg, résume ainsi la révolution du Bim. Ingérop s’y est initié à Paris, sur les chantiers de la Philharmonie et de la Canopée, mais sans jamais appréhender la totalité de la conception technique.

A Hautepierre, Groupe 6 profite de l’expertise de son partenaire pour s’approprier le nouvel outil, sur un projet connexe chiffré à 10 millions d’euros : le bâtiment destiné aux installations primaires d’électricité et de production d’eau glacée. En aval, les titulaires des trois macrolots en instance de désignation ne maîtrisent pas encore le Bim. « Mais l’outil permet de calculer les quantités, ce qui nous aide à vérifier les offres », précise Philippe Gachot. Un garde-fou précieux, surtout pour les fluides.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X