Logement

La maire de Saint-Ouen, militante anti-spéculation, reçoit la légion d’honneur

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Collectivités locales - Gouvernement - Marché de l'immobilier

Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, a remis lundi 17 décembre à Jacqueline Rouillon, maire de Saint-Ouen, les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur. Une forme de reconnaissance de la République pour son travail contre la spéculation immobilière.

En remettant les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur à Jacqueline Rouillon, maire de Saint-Ouen (Seine Saint-Denis), la ministre de l’Egalité du territoire et du Logement, Cécile Duflot, a sans doute voulu distinguer le travail mené par la municipalité pour maîtriser l’envolée des prix de l’immobilier dans cette ville de 47 000 habitants aux portes de Paris.

Dans une région où le logement est rare et cher, Mme Rouillon, également conseillère générale, s’est en effet fixé comme objectif il y a une dizaine d’années de veiller de près à l’évolution des prix immobiliers.

Dans l’habitat ancien, la municipalité mène une politique active du droit de préemption urbain, ou du moins un dialogue actif avec les vendeurs, pour favoriser l’accession à la propriété à prix maîtrisés. Le prix de vente de tout bien immobilier est ainsi examiné au regard du prix d’achat, de l’estimation faite par les domaines et des éventuels travaux réalisés par le propriétaire. Sur 800 ventes enregistrées en 2011, une cinquantaine ont fait l’objet d’un dialogue avec le vendeur.

Pour les programmes neufs, la municipalité a également mis en œuvre une charte avec 29 promoteurs immobiliers dès 2004 fixant des règles en matière de qualité du bâti, de prix et de quotas de propriétaires  occupants. Cette charte a été actualisée pour la ZAC des docks (100 hectares en bord de Seine), qui comptera 4000 logements (dont 40% de logements sociaux). Les promoteurs signataires, parmi lesquels Nexity, Eiffage, Bouygues Immobilier et Sodearif (Bouygues Bâtiment Ile-de-France), s’engagent à procéder à une baisse de prix d’environ 10 % par rapport aux prix du marché (auxquels s’ajoutent encore -10 % pour les bénéficiaires du PTZ+), soit un prix moyen de vente de 4140 euros/m². Le premier mois de commercialisation est réservé aux habitants et aux salariés de Saint-Ouen. 70% des logements sont des F3 ou plus (logements familiaux) et tous sont labellisés pour leur performance thermique. 80% des logements doivent être vendus en vue d’être occupés et chaque acquéreur doit accepter de signer une clause anti-spéculative encadrant le prix de revente éventuel au cours des neuf premières années.

A ceux qui estiment que ses manières portent atteinte au droit  à la propriété, la maire de Saint-Ouen rétorque qu’en refusant d’alimenter la spéculation immobilière, elle œuvre pour faire respecter le droit au logement. Pour autant, Saint-Ouen n’est pas la seule commune à avoir instauré des clauses anti-spéculatives et, de manière générale, à chercher à maîtriser les prix. Saint-denis, Pantin, Nanterre, Ivry oeuvrent aussi dans ce sens.

 

Focus

L’écoquartier des Docks de Saint-Ouen

878 000 m² Shon répartis entre 4 000 logements (dont 40 % de sociaux), 311 0000 m2 de bureaux et activités économiques, 66 000 m2 de commerces et activités, 19 000 m2 d’équipements publics, 52 000 m2 d’équipements collectifs. La première phase du programme porte sur près de 2 200 logements, dont 300 sont en chantier, ainsi qu’une école, un gymnase…  La construction des premiers immeubles doit démarrer début 2013, avec des livraisons s’échelonnant jusqu’à fin 2015.

Concédant : Ville de Saint-Ouen . Aménageur : Séquano Aménagement. Maîtrise d’œuvre urbaine : Makan Rafatdjou, Reichen & Robert et Associés, Olga Tarraso, Hélène Saudecerre ; AMO Développement durable : Re-Sources. Maîtrise d’œuvre des espaces publics : Pena & Pena (mandataire). Maître d’œuvre du parc : agence Ter (mandataire). Promoteurs : Cogedim, Sodearif, Bouygues Immobilier, Eiffage Immobilier, Nexity, Sedri, Europequipements, Kaufman & Broad, Histoire et Patrimoine. Architectes : une vingtaine intervient sur le projet.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Au secours - maman en colère - st-ouen

    Quelle honte : un ministre d’Etat a récompensé un élu de la République pour sa politique de préemptions illégales, mais aussi pour laisser sa ville se ghettoiser et se gangréner par les trafics (drogues, armes…). – Saint-Ouen une ville, où si vous avez le malheur de consacrer le fruit de votre travail et un endettement sur 20 ans, à l’achat d’un bien immobilier, vous serez spolié par le biais de la politique illégales de préemptions. Vous voulez vendre 200 000 euros votre bien ? Impossible, la mairie a décidé qu’il valait 150 000 euros, vous assignant à résidence et vous empêchant de déménager ailleurs où les prix sont libres et la vie plus sûre pour votre famille. Chaque action en justice est gagnée par les petits propriétaires spoliés vu que la préemption n’est légale que pour un projet d’intérêt général (crèche, hôpital…).
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X