En direct

La lutte contre les algues vertes s'organise en Bretagne

NORA HACHACHE, BERNARD REINTEAU, LAURENT MIGUET |  le 25/06/1999  |  TechniqueEnvironnementFinistère

La Bretagne va expérimenter sur neuf bassins versants (1) un programme de lutte contre les algues vertes. Nuisance visuelle et olfactive dommageable d'un point de vue touristique, les ulves (2) prolifèrent au printemps et en été dans les baies. Elles se nourrissent de l'azote (nitrate et ammonium) qui vient des rivières. Le Cemagref (Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts) attribue la forte présence d'azote à l'activité agricole. Pour démarrer le programme anti-algues vertes, l'agence de l'eau Loire-Bretagne et la région ont lancé, le 1er juillet 1998, un appel à candidatures auprès de collectivités. Celles-ci pourront bénéficier d'un financement des études préalables à hauteur de 80 %, pendant un an

En 1997, une étude confiée au bureau d'études parisien Asca (Applications des sciences de l'action) avait permis de synthétiser les connaissances du phénomène et les modes d'intervention, et de définir les bassins versants les plus concernés. Ceux qui ont été retenus, au début 1999, pour être pilotes, disposent d'un an pour effectuer les études préalables à l'établissement d'un programme. A partir d'un diagnostic qui utilisera des modèles mathématiques et biologiques de la marée verte, les collectivités fixeront leurs objectifs de réduction des algues et des teneurs en azote des rivières.

Un programme d'intervention pour cinq ans

Au début 2000, un préprogramme et un calendrier d'intervention pour cinq ans seront établis pour chaque bassin versant selon l'acceptabilité de chaque baie. L'ensemble des études lancées cette année représente un montant de 8 millions de francs. « Ce qu'il y a de nouveau dans cette démarche, c'est la volonté d'une concertation exemplaire des maîtres d'ouvrage du bassin versant pour les actions déterminées », explique Philippe Fera, chargé de mission littoral pour l'Agence de l'eau. Celle-ci apporte avec la région Bretagne un soutien aux maîtres d'ouvrage ; Asca assiste par son savoir-faire.

Les moyens d'intervention envisagés par les différents partenaires restent assez classiques : création de systèmes d'épuration dans les fermes ; exportation et modification des pratiques de traitement des déjections animales, et plantations et aménagement des bords de rivières et des zones humides pour augmenter les capacités d'épuration du milieu naturel. Le bassin versant de Brest (communauté urbaine) devrait, pour sa part, intervenir sur l'aménagement et la réhabilitation des réseaux de collecte et de traitement des eaux usées domestiques.

Outre ce programme, et dans le même esprit, la région a choisi d'accompagner en 1999 la recherche concernant les produits phytosanitaires, le traitement et la gestion des déjections animales, les pollutions littorales, l'aménagement de l'espace et la ressource en eau.

La part de la région

Cette année, la région soutiendra également : Les travaux d'assainissement des eaux usées et la réhabilitation groupée de l'assainissement autonome (participation fixée à 10 % du montant HT des travaux). Les stations d'épuration, en doublant sa participation avec un taux de 20 % et un plafond d'aide à 15 millions de francs. Les études préalables au développement d'une politique d'amélioration de la qualité environnementale des stations littorales avec promotion de labels environnementaux.

PHOTO : L'étude réalisée par Asca, « Comment réduire les algues vertes sur le littoral breton », préconise d'agir sur le flux d'azote total arrivant sur le littoral d'avril à juillet, et non pas sur les concentrations.

(1) Frémur, baie de la Fresnaye ; anse de Binic ; Yar, baie de Lannion ; anses du Douron et de Dossen et embouchure du Frout ; Quillimadec, baie de Guysseny ; Stang-A-Lar, Costour, anse du Moulin-Blanc à Brest ; Porzay-Nord, baie de Douarnenez ; Kerharo, Ty-An-Quer, Lapic, baie de Douarnenez ; Lesnevard-Saint-Jean, baie de la Forêt-Fouesnant/Concarneau.

(2) En 1997, les communes du littoral breton ont ramassé, durant la saison balnéaire, 43 000 m3 d'ulves, appelées communément « laitues de mer ». Voir « Inventaire des ulves en Bretagne », Ifremer, 1998.

Commentaires

La lutte contre les algues vertes s'organise en Bretagne

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur