En direct

La logistique recentre ses activités
PHOTO - 16417_987619_k2_k1_2290784.jpg - © PH. GUIGNARD / AIR-IMAGES.NET

La logistique recentre ses activités

le 25/01/2019  |  Haute-GaronneGirondePas-de-CalaisPuy-de-DômeRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Haute-Garonne
Gironde
Pas-de-Calais
Puy-de-Dôme
Rhône
Hérault
Loire
Val-d'Oise
Paris
Isère
Tertiaire
Valider

Immobilier tertiaire -

Les entrepôts, qui avaient disparu des villes, y renaissent sous de nouvelles formes. Et suscitent l'intérêt de tous les acteurs, publics comme privés.

Le long des voies ferrées de la gare du Nord à Paris, dans le quartier en pleine transformation de la Porte de la Chapelle, l'hôtel logistique multimodal Chapelle International incarne le renouveau de la logistique urbaine. Inauguré en juin dernier, ce site HQE de 45 000 m2 sur trois niveaux, signé A.26 Architectures et porté par Sogaris, n'est pas un entrepôt comme les autres. Rien à voir avec son ancêtre du boulevard Macdonald, construit dans les années 1970 et aujourd'hui en partie détruit. Bel objet architectural, Chapelle International, lauréat des Mipim Awards 2018, a été pensé pour répondre aux besoins de la ville du XXIe siècle en mêlant, en un lieu unique, des activités commerciales, sportives, agricoles (une ferme urbaine est en cours d'aménagement sur la toiture) et, bien sûr, logistiques.

Plus des deux tiers de la surface de l'immeuble (33 000 m2) sont réservés à cette activité. En R - 1, l'enseigne Metro y a installé un magasin-entrepôt et y développe, en plus du cash and carry (vente en gros), une activité tournée vers la livraison du dernier kilomètre en véhicules propres. Le rez-de- chaussée, qui abrite le terminal ferroviaire urbain raccordé à la plate-forme multimodale de Dourges (Pas-de-Calais) et au port fluvial de Bruyères-sur-Oise (Val-d'Oise), est occupé, sur 8 000 m2, par DPD (groupe La Poste), qui est en train d'y installer une messagerie urbaine.

Il va falloir intégrer la logistique dans les nouvelles constructions.

Optimiser les derniers kilomètres de livraison. Comme le note Bruno Durand, maître de conférences à l'université de Nanterre, les hôtels logistiques se comptent encore sur les doigts d'une main. Ce projet fait donc encore figure de pionnier dans le paysage français, mais il est néanmoins emblématique du nouvel intérêt que suscite le sujet auprès de l'ensemble des partenaires de la ville. « Le e-commerce et les nouveaux formats de distribution entraînent une inflation galopante des flux de transport et créent des nuisances croissantes dans les villes. On parle de 30 % de la congestion imputable aux mauvais comportements des véhicules de livraison. Les villes sont face à un véritable enjeu de lutte contre la saturation du trafic et la pollution atmosphérique », explique Pierre Aubouin, directeur du département Infrastructures et Transport au sein de la Banque des territoires.

Dans ce contexte, les collectivités, qui reléguaient jusque-là les questions du transport de marchandises au second plan, prennent le problème à bras-le-corps et cherchent des solutions pour optimiser et mutualiser les flux de livraison des derniers kilomètres. La mise à disposition d'espaces dédiés à la logistique en centre-ville est une des pistes suivies. Dans le cadre d'un appel à projets baptisé « Flux » (Fabriquons la logistique urbaine ensemble), lancé en septembre dernier, Nantes Métropole propose ainsi de mettre à la disposition des porteurs de projets 11 sites de 40 à 2 600 m2 , dont certains ont la particularité d'être des cales fluviales en bord de Loire, d'autres des emprises ferroviaires de la SNCF.

Cette proximité avec le fleuve ou les voies ferrées, axes de circulation alternatifs à la route et moins saturés, est regardée de très près par les acteurs de l'immobilier logistique. La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a reçu pas moins de dix dossiers de candidature pour son projet d'hôtel logistique fluvial sur le port de Lyon, face au stade de Gerland. « Nous avons été surpris d'avoir un aussi grand nombre de réponses d'autant que seules des équipes mixtes, constituées d'un investisseur, d'un architecte et d'un ou plusieurs exploitants, avaient le droit de concourir », souligne Clémence Aubert, responsable du département aménagement et développement industriel et portuaire de la CNR.

Ce succès est à la hauteur des enjeux. Pour certains des trois finalistes, spécialisés dans les parcs logistiques XXL hors agglomération, remporter l'appel à projets constituerait le premier acte d'une diversification dans la logistique urbaine et, dans un futur proche - la livraison du bâtiment est prévue pour 2021 -, une belle vitrine de leur savoir-faire. Le groupement lauréat, dont le nom sera dévoilé à la mi-mars, devra en effet se distinguer à la fois sur la bonne intégration paysagère et architecturale du bâtiment, encadrée en amont par les ABF, et sur ses propositions en matière de livraisons propres par le fleuve et par la route. Sur ce dernier volet, il pourra s'appuyer sur le Quai des énergies, situé à 500 mètres de l'hôtel logistique, qui permettra aux véhicules propres de s'approvisionner en hydrogène, en gaz naturel compressé ou en électricité.

Intégrer la logistique au PLUi. A Montpellier, la feuille de route se veut aussi ambitieuse. Première nouveauté : la logistique sera bientôt intégrée au plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi). « C'est nouveau et atypique », note Chloé Perreau, chargée de mission innovation mobilité urbaine et logistique urbaine à Montpellier Méditerranée Métropole.

Confrontée à une pénurie de foncier, la métropole mise sur l'intégration de la logistique dans les nouvelles constructions (sur les ZAC en particulier), tout en s'appuyant sur les infrastructures existantes, comme le marché d'intérêt national (MIN). « Un plan stratégique du MIN est en cours d'élaboration pour faire évoluer ses statuts et y développer des activités logistiques », confie Chloé Perreau.

Si les pratiques varient beaucoup d'une ville à l'autre, certains acteurs ont bien l'intention d'imposer leur marque sur l'ensemble du territoire. C'est le cas d'Urby, le nouveau réseau de logistique urbaine copiloté par La Poste, dont l'inauguration officielle est prévue le 22 février à Grenoble. L'entité revendique déjà sept centres de distribution urbaine mutualisée entre enseignes (Grenoble, Lyon, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne, Toulouse, Montpellier et Bordeaux) et envisage un total de 22 sites de 1 000 à 1 500 m2 chacun à l'horizon 2020.

Le tout premier a ouvert en mars dernier, à Fontaine, à dix minutes de vélo du centre-ville de Grenoble, dans la réserve d'un magasin de meubles inoccupé depuis plusieurs années. Il compte aujourd'hui une vingtaine de clients (artisans, grandes enseignes, petits magasins). Pour atteindre l'équilibre en 2020, Anne-Sophie Louvat, la directrice générale d'Urby, sait qu'elle devra convaincre : « C'est parfois difficile pour les utilisateurs de changer leurs pratiques. » La balle est désormais dans leur camp.

PHOTO - 16417_987619_k2_k1_2290784.jpg
PHOTO - 16417_987619_k2_k1_2290784.jpg - © PH. GUIGNARD / AIR-IMAGES.NET
PHOTO - 16417_987619_k7_k1_2290789.jpg
PHOTO - 16417_987619_k7_k1_2290789.jpg - © LE MONITEUR

« Les foncières se constituent un portefeuille de logistique urbaine »

« Le marché de la logistique urbaine mûrit. Il émerge aujourd'hui comme un marché à part entière de l'immobilier logistique et attire aussi bien les utilisateurs que les investisseurs. La plupart des foncières cherchent à se constituer un portefeuille de logistique urbaine. Autre nouveauté : les appels à projets, jusque-là concentrés en Ile-de-France, se multiplient avec succès en région. A Lyon, par exemple, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) a reçu 10 dossiers suite à son appel à projets pour un hôtel logistique sur le port Edouard-Herriot.

Quelques années auparavant, trois entreprises tout au plus auraient remis leurs candidatures. »

Christophe Ripert, directeur général délégué à la logistique urbaine de Quartus

PHOTO - 16417_987619_k4_k3_2290786.jpg
PHOTO - 16417_987619_k4_k3_2290786.jpg - © VINCENT BOUSSEREZ / QUARTUS
« Nous devons anticiper l'arrivée des poids lourds électriques urbains »

« Il y a un vrai travail de fond à réaliser pour intégrer la logistique au sein des constructions neuves en centre-ville.

Ces espaces doivent proposer des loyers en adéquation avec notre activité à très faible marge ainsi que des accès adaptés à toutes les catégories de véhicules de livraison. Il ne faut pas raisonner qu'en termes de petits porteurs, mais anticiper l'arrivée des poids lourds électriques urbains qui pourront livrer ces mini-hubs de centre-ville.

Cela implique de concevoir des espaces suffisamment hauts pour accueillir ces véhicules et assez spacieux pour leur permettre de manœuvrer. »

Philippe de Clermont-Tonnerre, chargé de mission chez Star Service et président de la commission logistique urbaine de l'Union des entreprises de transport et de logistique de France.

PHOTO - 16417_987619_k6_k5_2290787.jpg
PHOTO - 16417_987619_k6_k5_2290787.jpg - © VIRGINIE DE GALZAIN

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Lire et concevoir un paysage

Lire et concevoir un paysage

Date de parution : 10/2020

Voir

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Règlement de sécurité incendie des bâtiments d'habitation

Date de parution : 10/2020

Voir

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur