En direct

La Grande-Motte labellisée
Vue de la cité balnéaire de La Grande-Motte (Hérault), imaginée dans les années 60 par l'architecte Jean Balladur (1924-2002) - © © www.phovoir-liberty.com

La Grande-Motte labellisée "Patrimoine du XXe siècle"

CATHERINE SABBAH |  le 13/04/2010  |  ArchitectureAménagementHéraultInternationalProfessionnels

Ouverte à l'été 68, la célèbre station balnéaire languedocienne imaginée par l'architecte Jean Balladur (1924-2002) a obtenu en janvier 2010 le label "Patrimoine du XXe siècle", attribué par le ministère de la Culture et de la Communication. Retour sur son histoire.

Etait-ce son voyage au Mexique ? Son appréhension du plat paysage du littoral languedocien ? Sa lassitude d'une architecture rigoureuse héritée du Bauhaus mais dépourvue de toute fantaisie ? L'architecte Jean Balladur choisit en tout cas de bannir la ligne droite du profil de La Grande-Motte. "Quand vous commencez à silhouetter, vous vous apercevez que toute verticale poignarde le ciel et le sol", expliquait-il lors d'un entretien en 1991 (*). Sa mort en juin 2002 a remis l'ex-ville nouvelle à la une, le temps de constater qu'elle ne vieillit pas si mal et que les équipements de la cité balnéaire plaisent bien aux nouveaux habitants de la banlieue de Montpellier.

Far West infesté de moustiques

L'aménagement de l'unité touristique de La Grande-Motte, comme celui de cinq autres ensembles sur 25 kilomètres le long de la Méditerranée, entre le Grau-du-Roi et Palavas, firent partie des premiers projets de la Datar dès 1962. A la grande époque de la régionalisation, ce bout de littoral, ce Far West infesté de moustiques, rétif à toute urbanisation, apparaît comme un terrain d'expérimentation idéal. Son développement va passer par de grands travaux d'assainissement, de reboisement, la constitution - dans le secret - de grandes réserves foncières, dans un esprit d'intérêt national, avec toute l'efficacité de la pensée technicienne des missions interministérielles de l'ère gaullienne.

En 1963, au moment du lancement de la ville, l'Etat dispose de 1200 hectares de terrains, 400 seront bâtis, les autres utilisés pour aménager les routes, le port, des plans d'eau, des espaces verts... Le plan adopté marque une nette rupture avec la tradition des villes balnéaires héritées du XIXe siècle. Le but n'est plus d'offrir à une élite une longue saison mondaine, mais de permettre au plus grand nombre de prendre de petites vacances. Les anciens éléments structurants comme le casino, le grand hôtel ou les thermes laissent la place à des terrains de sports, un palais des congrès, des commerces. Exit aussi la promenade du bord de mer bordée de palmiers pour la parade : la circulation des véhicules est isolée, loin de la mer, et la plage bordée d'un simple chemin piéton.

Immeubles en pyramides

Jean Balladur pousse plus loin son idée de démocratisation du littoral en évacuant d'emblée les modèles pourtant appréciés : celui de ses deux voisines, la Côte d'Azur et la Costa del Sol, aveuglées par leur mur de béton parallèle à la mer ; celui à l'époque très en vogue du grand ensemble reproduit dans les stations de montagne. Il dessine un plan de desserte des plages en peigne, et place ses façades perpendiculairement au littoral, effaçant ainsi la hiérarchie entre les appartements avec vues et les logements mal exposés.

Ses immeubles en pyramides, censés faire écho à la ligne des Cévennes à l'horizon, sont aussi parfaitement adaptés au goût méridional avec balcons et terrasses à tous les étages. Il imagine toutes formes d'habitat, très dense et regroupé dans de grands immeubles autour du port, plus aéré à mesure que l'on s'en éloigne, avec des campings, des villages de vacances et des maisons particulières. L'espace public est soigné, la ville abondamment plantée. En confiant aux promoteurs de petits lots (50 à 100 logements au maximum), au gré du développement du projet, l'architecte en chef espère favoriser une construction de qualité en évitant la production industrielle. Les proportions des boulevards sont calquées sur les avenues haussmanniennes, les gabarits des traversées piétonnes sous les immeubles sur les passages du IIe arrondissement de Paris et les arcades de la rue de Rivoli. Las, ses pairs ne tirèrent guère profit de la liberté de ton prônée par le maître d'oeuvre de la station. L'architecture la plus audacieuse est toujours celle de ses pyramides et de son palais des congrès.

Une ville dessinée pour les vacances

Les premiers vacanciers arrivèrent à l'été 1968. La station de La Grande-Motte - devenue commune en 1974 - n'a cessé depuis de se développer vers l'ouest et peut accueillir jusqu'à 80 000 personnes. En vieillissant, elle a amadoué ses ennemis originels et l'architecture de Balladur, jadis décriée, est aujourd'hui considérée comme un témoignage précieux des années 60. Pourtant, la ville s'est transformée : située à une vingtaine de minutes de Montpellier en voiture, elle fait désormais partie de la banlieue de cette métropole en croissance ultrarapide.

www.patrimoine-xx.culture.gouv.fr

(*) Rapporté dans "Territoire, ville et architecture balnéaire, l'exemple de La Grande-Motte", Claude Prélorenzo, Antoine Picon, René Borruey. Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 92-93, 1993.

Vidéos

A consulter aussi dans les archives de l'Institut national de l'audiovisuel (www.ina.fr) :

- Un reportage daté de 1967 consacré à la création et au développement de la station balnéaire de La Grande-Motte (durée : 23 minutes). Cliquer ici !

- Un reportage daté de 1983 dans lequel des architectes jugent La Grande-Motte (durée : 4 minutes). Cliquer ici !

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur