En direct

La Grande Guerre mobilise les bâtisseurs
L’autel de la patrie au Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin) - © Michel Spitz

La Grande Guerre mobilise les bâtisseurs

Laurent Miguet (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 02/10/2012  |  EntreprisesAisneMeuseSeine-et-MarneHaut-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Entreprises
Aisne
Meuse
Seine-et-Marne
Haut-Rhin
Europe
Architecture
Valider

Le conseil des ministres du 3 octobre arrêtera la stratégie de l’Etat pour la double commémoration nationale de 2014 : le centenaire de la Grande Guerre et le 70ème anniversaire de la Libération.

« La Grande Guerre suscitera au bas mot 130 millions d’euros d’investissements », annonce Serge Barcellini, conseiller spécial du ministre délégué aux anciens combattants, et à partir du 3 octobre, secrétaire général de la mission interministérielle pour les deux anniversaires que l’Etat fêtera en 2014 : le centenaire de la Grande Guerre et le 70e anniversaire du débarquement allié de 1944. Kader Arif, ministre délégué aux anciens combattants, présidera la mission. La fusion des deux événements s’inscrit dans une stratégie de complémentarité : la commémoration de 1944 associera les derniers survivants, tandis que celle de la Grande Guerre rattachera les Français à leurs aïeux, à travers la mise en ligne des dossiers des 8,5 millions de soldats.

Emulation franco-belge

Derrière ce projet immatériel, se cache un foisonnement de chantiers en cours dans les 13 départements français de la ligne de front, mais aussi en Belgique. Les musées du Hartmannswillerkopf et de Meaux, la rénovation des sites de Notre-Dame de Lorette, de Verdun et du Chemin des Dames font partie des projets phare. « Il existe un risque de manque de cohésion entre les porteurs de projet », estime Serge Barcellini, également secrétaire général de l’association des « Paysages et sites de la Grande Guerre ».

Co-présidée par les présidents des conseils généraux de Meuse et de l’Aisne (l’UMP Christian Namy et le socialiste Yves Daudigny), cette structure fédère la plupart des territoires concernés, pour présenter une candidature conjointe à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. La Belgique a accordé son soutien officiel à la démarche, tandis que la France se prépare à en faire autant en 2013, dans la perspective d’une décision de l’Unesco en 2016. L’association, qui a recruté en septembre son premier permanent, compte sur l’effet d’entraînement pour convaincre les deux départements concernés qui rechignent encore à cotiser : les Vosges et le Haut-Rhin.

Commentaires

La Grande Guerre mobilise les bâtisseurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur