En direct

La génération Paysage étrenne sa maison
Le tout Paris du paysage s'est rassemblé le 13 juin pour inaugurer la maison de la filière - © © Laurent Miguet

La génération Paysage étrenne sa maison

Laurent miguet |  le 14/06/2017  |  BâtimentAménagements extérieurs

L’inauguration de la Maison du paysage, le 13 juin dans le XXème arrondissement de Paris à côté des Buttes Chaumont, a mis en scène la génération qui a donné leurs lettres de noblesse aux professionnels des espaces verts. La reconversion des anciens locaux industriels du début du XXème siècle symbolise la métamorphose urbaine portée par les métiers du paysage.

La figure tutélaire d’Alain Torrelli, ancien président de l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep), de l’organisme paritaire Qualipaysage et de l’association interprofessionnelle Val’hor, a imprégné les discours et les esprits, ce 13 juin sous les sheds de la maison du Paysage. « L’idée de regrouper les métiers de la filière sous un seul toit lui revient », a rappelé Marc Loiseleur, président de Qualipaysage, co-propriétaire à hauteur de 28 % des 740 m2 rénovés par l’agence d’architecture Pierre Laniepce, associée aux designers de V8. Catherine Muller, présidente de l’Unep qui a financé la plus grande partie de l’investissement total de quatre millions d’euros, revendique le même héritage : « Alain Torrelli avait ouvert deux chantiers majeurs : le salon et la maison de la profession. Mon prédécesseur Emmanuel Mony a porté contre vents et marées le salon Paysalia, qui a désormais fait ses preuves », a-t-elle rappelé.

Jardiniers devenus entrepreneurs

Nul doute : le nom de la présidente réélue en octobre dernier pour trois ans restera associé à la concrétisation de la seconde idée force de son prédécesseur du début des années 90, décédé en 2012. Catherine Muller a profité du baptême de la maison pour la situer dans une histoire plus longue, symbolisée par le glissement qui, au milieu du XXème siècle, transforme les anciens « jardiniers paysagistes » en « entrepreneurs du paysage »… En 1936, l’ancêtre de l’Unep voit le jour sous le nom de Syndicat patronal des jardiniers paysagistes de la région parisienne. En 1963, la naissance de l’Union nationale des syndicats d’entrepreneurs paysagistes de France coïncide avec une mutation générationnelle que résume Marc Loiseleur : « Des anciens pépiniéristes deviennent alors prestataires de services ».

Maison ouverte

Certes, la maison ne répond pas à 100 % des ambitions initiales d’Alain Torrelli : pressentis au départ, la fédération nationale des producteurs horticulteurs pépiniéristes et l’association interprofessionnelle Val’hor ne font partie des fondateurs. L’incendie des anciens locaux de Qualipaysage et l’échéance du bail de l’Unep ont dicté le timing de l’opération menée au second semestre 2016. Ce 13 juin, la maison n’en a pas moins rassemblé tous les maillons de la chaîne interprofessionnelle, depuis les concepteurs de la fédération française du paysage jusqu’aux directeurs territoriaux de services d’espaces verts regroupés par Hortis. En mal de lieux de réunion parisien, ces deux associations envisagent d’utiliser les locaux que la maison prévoit de mettre à disposition des acteurs de la filière.

Régénérateurs urbains

Jean-Pierre Gueneau, président de l'association des directeurs de services territoriaux d'espaces verts Hortis, a animé au saxo la fête inaugurale de la maison du paysage.
Jean-Pierre Gueneau, président de l'association des directeurs de services territoriaux d'espaces verts Hortis, a animé au saxo la fête inaugurale de la maison du paysage.

Bien au-delà de cette opportunité fonctionnelle, l’allégresse ressentie par tous les participants à la fête inaugurale renvoie à l’évolution du regard de la société : transformés en entrepreneurs dans les années 60, les jardiniers sont devenus dans les années 2000 les vecteurs de la nature en ville. Dans les services communaux, Jean-Pierre Gueneau, président d’Hortis, vibre à l’unisson du mouvement : il l’a prouvé en révélant ses talents au Saxo. La première adjointe au maire du XXème arrondissement l’a exprimé dans son propre registre : « Bienvenue dans l’arrondissement qui a inventé le permis de végétaliser », s’est exclamée Florence de Massol.

Commentaires

La génération Paysage étrenne sa maison

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX