En direct

La Garonne en partage
PHOTO - 13882_843408_k2_k1_1982955.jpg - © OMA

La Garonne en partage

Orianne Dupont |  le 06/07/2018  |  TransportsChantiersGirondeOuvrage d'art

Pont -

Baptisé Simone-Veil, l'ouvrage d'art bordelais accueillera voitures, bus, promeneurs… et s'illustrera par sa taille.

« Nous voulions atteindre une masse critique de largeur pour pouvoir en faire un espace public, précise d'emblée Gilles Guyot, directeur du projet au sein de l'agence d'architecture OMA. Nous avons donc choisi une structure qui offre le plus de mètres carrés. » Le pont Simone-Veil (Bordeaux), de 549 m de long pour 45 m de large, accueillera une voie par sens, dédiée à un transport en commun en site propre, deux voies par sens pour les véhicules et une piste cyclable bidirectionnelle. L'espace affecté aux piétons et deux-roues de 20 m de large deviendra une plate-forme sur la Garonne avec du mobilier urbain démontable afin de pouvoir démultiplier les possibilités d'usages.

Dévoiement d'un quai. Construit par un groupement mené par Razel-Bec, ce pont, constitué d'une charpente en acier Corten autopatinable, repose sur huit appuis dans la Garonne et une culée sur chacune des rives. Les premiers travaux, qui ont débuté en mars 2017, ont permis de dégager les emprises des deux côtés : à Floirac, le quai de la Souys a été dévoyé devant la Bordeaux Métropole Arena, avec une grosse opération menée par RTE pour déplacer un réseau électrique de 225 000 V. Rive gauche, entre la rocade et le pont Saint-Jean, la circulation a été modifiée début juin pour libérer l'espace nécessaire aux travaux. Ce fut la partie du chantier la plus délicate pour la métropole, qui a neutralisé la circulation durant un week-end afin de la raccorder selon le nouveau schéma de circulation.

Mi-juin a pu commencer la réalisation des deux culées. L'estacade temporaire a été en partie installée pour les travaux sur la Garonne. Elle permettra de couler les huit étroites piles (3 m de large), espacées de 67 m. « Il fallait que les obstacles soient les plus fins possibles pour ne pas faire barrage à l'eau », précise Gilles Guyot. Razel-Bec envisage l'ajout de gabions et d'enrochements pour renforcer les batardeaux initialement proposés pour couler les piles à sec. Une solution qui entraînerait un surcoût de 18 M€ et un retard de livraison de deux à trois ans. Une médiation entre Razel-Bec et Bordeaux Métropole est en cours (lire p. 59) . D'ores et déjà, le découpage et le soudage des tôles en acier Corten ont démarré dans l'usine Baudin-Chateauneuf du Loiret. Pendant plusieurs mois, 160 convois transporteront les 6 500 t de charpente, et neuf phases de lançage sont programmées pour installer quatre bipoutres de la rive droite vers la rive gauche.

« La construction du pont est classique dans ces méthodologies, commente Bertrand Arnauld de Sartre, chef de projet à Bordeaux Métropole, mais, avec de telles dimensions, c'est comme si on construisait plusieurs ouvrages. »

Méthode du pianotage. Le tablier sera ensuite réalisé selon la méthode du pianotage afin d'assurer une bonne répartition de la charge sans déformer la charpente. La continuité du bétonnage est importante pour créer un effet d'atterrissage jusqu'aux rives. Les têtes de pont deviendront ainsi des espaces publics en connexion avec le fleuve. Visuellement, cela créera un ruban continu de 900 m de long, avec un ancrage sur les deux rives.

45 m : largeur du pont sur 549 m de long. La surface disponible permettra l'organisation d'événements.

20 m : largeur réservée aux piétons et aux cyclistes. Le mobilier urbain y sera démontable.

6 500 tonnes : poids de l'acier Corten autopatinable constitutif de la charpente. Un matériau rare sur les ouvrages d'art.

900 m : longueur totale du ruban en béton qui comprend le pont et les ancrages sur les deux rives.

Maîtrise d'ouvrage : Bordeaux Métropole. Maîtrise d'œuvre : OMA Rem Koolhaas (architecture), Gilles Guyot/Michel Desvigne (paysagistes). Bureau d'études : WSP/Egis JMI. Contrôle technique : Socotec. Travaux préalables : groupement Dubreuil/Etchart.

Travaux de construction du pont : groupement Razel-Bec/Fayat TP/ETPO/Baudin-Chateauneuf/Sefi-Intrafor/Barbot CM.

Durée prévue des travaux : 32 mois. Coût : 146 millions d'euros TTC.

PHOTO - 13882_843408_k3_k1_1982956.jpg
PHOTO - 13882_843408_k3_k1_1982956.jpg
PHOTO - 13882_843408_k4_k1_1982961.jpg
PHOTO - 13882_843408_k4_k1_1982961.jpg
PHOTO - 13882_843408_k5_k1_1982963.jpg
PHOTO - 13882_843408_k5_k1_1982963.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur