Le moniteur
La formation à la prévention, privilégiée par les artisans du BTP
- © ©Yves Damin - stock.adobe.com

La formation à la prévention, privilégiée par les artisans du BTP

Maya Pic |  le 09/07/2019  |  Formation BTPDémarche préventionCapebOPPBTPRisques professionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Formation BTP
Démarche prévention
Capeb
OPPBTP
Risques professionnels
100 % eau et énergie
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Valider

Les résultats de la 6e édition de l’Observatoire des formations à la prévention des artisans du BTP viennent d’être dévoilés. Avec une formation suivie sur deux, les formations relatives à la prévention des risques arrivent en tête, suivies par les formations à la technique et celles à la gestion.

Cette nouvelle étude menée par la Capeb, l’Iris-ST, l’OPPBTP et la CNATP* porte sur l’année 2017. Malgré un léger recul de la formation continue dans l’artisanat du BTP (- 2 % tous domaines confondus par rapport à 2016), les formations à la prévention sont toujours à la 1e place avec 68 440 actifs formés et 50% des formations suivies. Les formations techniques, à la 2e place, connaissent une légère baisse (36%  contre 38%). Elles sont suivies par les formations à la gestion (14%).


Thématique électricité en hausse


Une forte progression des formations liées à l’électricité a été observée. Celles-ci augmentent de 39% par rapport à 2016 et se hissent à la 2e place (23%), après celles sur la conduite d’engins (25%). Ce bond peut s’expliquer par l’entrée en vigueur de la réglementation DT-DICT au 1er janvier 2018 avec l’obligation pour les personnes travaillant à proximité des réseaux d’être formées et de détenir une autorisation d’intervention à proximité des réseaux (AIPR).

Les autres formations obligatoires à la sécurité sont en baisse, avec notamment - 13% pour les formations liées à l’amiante, - 6% pour le travail en hauteur, - 3% pour la conduite d’engins, - 2% pour le secourisme. Quant aux formations non obligatoires liées par exemple aux contraintes physiques ou au risque routier, elles restent en marge des actions alors qu’elles affectent particulièrement les travailleurs du BTP.


Déséquilibre entre thématiques et risques


Un déséquilibre se maintient par ailleurs entre les thématiques suivies et les causes de maladies professionnelles et d’accidents du travail Alors que les TMS constituent la 1e cause de maladies professionnelles pour les métiers du BTP, les formations liées aux contraintes physiques ne représentent que 1% des formations suivies !

La sensibilisation des entreprises artisanales sur cette thématique doit être renforcée et de nouveaux moyens de sensibilisation pourraient être utilisés, comme la réalité virtuelle ou augmentée.


Disparités des stagiaires face aux risques


L’Observatoire révèle toujours des disparités importantes dans la population des stagiaires, qui ne reflète pas l’exposition réelle face aux risques professionnels. Ainsi, les chefs d’entreprise suivent davantage de formations techniques (73%) que de prévention (18%), contrairement aux salariés (28% technique et 58% prévention), alors que tous peuvent être exposés aux mêmes risques sur les chantiers.

En termes d’âge, les stagiaires de 20 à 40 ans sont les plus impliqués dans la prévention (60%), contre 15% pour les plus de 50 ans, qui représentent pourtant 29% des actifs du BTP. Enfin, 98% des stagiaires formés à la prévention sont des hommes, alors que les femmes représentent 8% des actifs du BTP.

Pour les métiers, les couvreurs-plombiers-chauffagistes, électriciens et métiers des TP sont les plus représentés dans les formations à la prévention. Cela s’explique par les risques inhérents à ces métiers et par les formations obligatoires nécessaires à ces activités (habilitation électrique, autorisation de conduite d’engins, attestation de compétence pour l’utilisation d’échafaudages…).

Concernant les régions, les plus dynamiques quant au suivi des formations à la prévention sont Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est et Hauts-de-France. L’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont les moins dynamiques.

*Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb), Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST), Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP), Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP).

Commentaires

La formation à la prévention, privilégiée par les artisans du BTP

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur