Logement

La Fondation Abbé Pierre présente ses propositions contre la crise du logement

La Fondation Abbé Pierre a publié mardi 1er février son 16e rapport annuel sur le mal-logement. Plus de 8 millions de personnes sont concernées à des degrés divers, dont plus de 3,6 millions sont mal logées voire sans domicile. Parmi elles, des ménages jusqu’à présent épargnés, y compris des propriétaires. La Fondation propose « quatre mots d’ordres et vingt chantiers de réflexion » pour lutter plus efficacement contre cette situation.

Lundi 31 janvier, la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet et Benoist Apparu son secrétaire d’Etat au Logement, se félicitaient : 350.000 mises en chantier dont plus de 131.500 logements sociaux ont été financés en 2010, niveau « jamais atteint depuis 30 ans », et 37,4 milliards d’euros ont été mobilisés en faveur du logement en 2009, dont les deux tiers à la charge de l’Etat, soit 1,96% du PIB (produit intérieur brut), « un record depuis 1986 ». (lire notre article)
Mardi 1er février, la Fondation Abbé Pierre leur a répondu : la crise du logement touche désormais selon elle un Français sur huit.
Selon son 16e rapport annuel, plus de 8 millions de personnes sont concernées à des degrés divers, dont plus de 3,6 millions sont mal logées voire sans domicile. Parmi elles, des ménages jusqu’à présent épargnés, y compris des propriétaires. Et ce sont « environ 500.000 logements par an qu’il faudrait produire pendant plusieurs années » pour absorber la demande, alors que le nombre de mises en chantier globales ne cesse de diminuer depuis 2007.

Contre le « tous propriétaires »

Pour que la question du logement reste une question centrale du débat politique d’ici à 2012 et l’élection présidentielle, la Fondation Abbé Pierre met donc la pression sur les responsables. Dénonçant la politique du « tous propriétaires », jugée inégalitaire et dangereuse car génératrice d’endettement lourd, elle fait des propositions. 4 mots d’ordre et vingt chantiers de réflexion pour lutter plus efficacement contre la crise du logement.

1. « Produire/capter massivement et sans délais des logements, car chacun doit pouvoir être logé dignement »
La Fondation demande notamment la mise en place d’une véritable « loi foncière », pour localement « mobiliser les terrains constructibles à hauteur des besoins et à des prix compatibles avec les différents types de logements à produire ». Autre proposition: « mobiliser au maximum les logements disponibles et les réponses dans le parc existant » en clair réquisitionner les logements et les locaux vides.

2. « Maîtriser les prix et réguler les marchés, car le logement n’est pas un bien comme les autres »
La Fondation demande un contrôle des loyers, une baisse des coûts de la construction des logements et une prévention de la précarité énergétique.

3. « Construire une ville de qualité, équitable et durable : un impératif pour vivre ensemble »
Mixité sociale, meilleure application de la loi SRU et maîtrise de la densité et de l’étalement urbain, avec un effort particulier pour les banlieues et la capitale sont les propositions forces de ce chapitre.

4. « Combattre et prévenir les facteurs d’exclusion et d’inégalités pour en finir avec le mal-logement »
Pour ce faire, la Fondation souhaite une intervention massive « sur tous les habitats dégradés ou en voie de l’être » et « un programme ambitieux de réhabilitation »du parc existant.

Pour la Fondation Abbé Pierre, « ces quatre mots d’ordre sont destinés à inspirer une politique permettant d’agir en profondeur sur les causes de la pénurie et du mal-logement. » A bon entendeur…

Retrouvez la synthèse du rapport de la Fondation Abbé Pierre et ses propositions ci-dessous.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X