Rénovation énergétique : la Fnaim maintient la pression
Le volet rénovation énergétique des logements de la loi Climat et résilience crispe la fédération. - © Adobe Stock

Rénovation énergétique : la Fnaim maintient la pression

Cyril Peter |  le 30/06/2021  |  Rénovation énergétique FnaimFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Rénovation énergétique
Fnaim
France
Valider

La Loi Climat et résilience, qui doit passer en commission mixte paritaire le 12 juillet, pourrait faire des perdants, principalement dans les territoires ruraux, estime la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim).

Loi Climat et résilience, nouvelle manche. En amont de « l'étape décisive » de la commission mixte paritaire le 12 juillet, la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) s'est dite satisfaite, ce mercredi 30 juin, du report - par le Sénat - de l’interdiction de location des logements E de 2034 à 2040. Mais monte au créneau sur plusieurs points.

Le premier : le calendrier. « Faire croire que rénover la moitié du parc privé locatif en seulement douze ans est possible, c’est juridiquement, techniquement et financièrement malhonnête », tacle Jean-Marc Torrollion. Le président de la Fnaim demande une concentration des efforts sur les logements classés F et G.

Sur le même sujet Loi Climat et résilience : les sénateurs ont achevé l'examen du texte par les articles relatifs à l’artificialisation

 

Paysage bouleversé

 

Le deuxième : le réalisme. Sur les 1,7 million de biens classés F et G actuellement loués dans le parc privé, « près de 200 000 logements chauffés au gaz et 600 000 chauffés au fioul qui n’étaient pas classés F ou G le deviendront » avec la réforme du diagnostic de performance énergétique. Le nouveau DPE, qui entre en vigueur ce 1er juillet, va donc bouleverser le paysage. Raison de plus pour revoir les objectifs à la baisse.

Le troisième : l’iniquité. « Ces biens sont d’abord situés dans des départements ruraux et/ou montagnards (+ 40% dans la Nièvre et la Creuse, 46 % dans le Cantal) et ce déséquilibre territorial sortira conforté de la réforme du DPE puisque le chauffage au gaz et au fioul est d’abord présent dans les territoires. Ce sont les mêmes populations, les mêmes territoires qui sont touchés par les mesures sur les véhicules », avertit la première organisation syndicale des professionnels de l’immobilier.

Sur le même sujet L’investissement locatif pas perturbé par les mauvais DPE, selon les courtiers

 

Accompagnement financier

 

Enfin, la Fnaim regrette (encore) que le texte ne prévoit « aucune mesure convaincante d’accompagnement pour les bailleurs ou les copropriétés ». Elle appelle au maintien des mesures votées au Sénat : doublement du déficit foncier pour les travaux de rénovation énergétique, extension du Denormandie aux logements classés F et G…

La Fnaim suggère également de prolonger, sur le « long terme », les dispositifs MaPrimeRénov' et Eco-PTZ. « Il faut prendre soin des copropriétaires et des propriétaires investisseurs, sans quoi ils ne seront plus moteurs du mouvement », conclut Jean-Marc Torrollion.

Commentaires

Rénovation énergétique : la Fnaim maintient la pression

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil