La FMB et Inoha finissent par signer un code de bonne conduite remanié
- © Victor Dubois-Carriat

La FMB et Inoha finissent par signer un code de bonne conduite remanié

Victor Dubois-Carriat |  le 16/06/2022  |  France Distribution

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
France
Distribution
Valider

Refondé la dernière fois en 2013, le remaniement de ce code de bonne conduite avait achoppé en 2019. Jean-Luc Guéry, Inoha, et Mathieu Pivain, FMB, ont su trouver un accord sur les sujets qui fâchent, non sans difficultés.

« Nous ne sommes pas comme la distribution alimentaire. Il n’y a pas d’oppositions fortes et nous sommes capables de se retrouver pour faire avancer la filière. » Ce sont sur ces mots que Mathieu Pivain, président de la FMB, a débuté cette conférence consacrée à la signature d’un code de bonne conduite destinés aux distributeurs et fabricants du bricolage mercredi 15 juin. Pour la FMB et Inoha, ce code de bonne conduite, qui comprend 15 nouveaux articles et 4 annexes, doit répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et économiques, notamment « le e-commerce, avec la logistique devenu le nerf de la guerre » précise Mathieu Pivain. Le président de la FMB a aussi insisté sur l’introduction des notions d’écoconception, de réparabilité, mais aussi de sobriété de la consommation des ressources face à des consommateurs « de plus en plus exigeants, avec un forte conscience sociétale. »

Sur le même sujet La Nuit by Inoha: entre code de bonne conduite et trophées

« Concentrer les tensions pour soulager les adhérents »

Et ce n’est pas sans mal que ce code fut refondé, étant donné qu’une première version devait être signée en 2019. Ainsi, Jean-Luc Guéry, président d’Inoha, a admis « une situation un peu tendu. Mais nous avons communément décidé de tout remettre à plat et de recommencer. Le but de ce code est de concentrer les tensions entre les deux fédérations pour soulager les adhérents. »
Points majeurs sur lesquels la FMB et Inoha se sont mis d’accord : les délais de déréférencement, les pénalités, mais aussi la transmission de la data. Sur ce dernier point, l’harmonisation des systèmes de traitement des données des distributeurs et des industriels est en cours. Les distributeurs devront faire remonter des données sur les comportements des consommateurs (notamment les avis), et les industriels donner un maximum d’informations sur leurs produits, afin de faciliter entre autre leur vente sur internet. Les autres points soulevés sont les tarifs et révisions tarifaires, les litiges relatifs aux factures ou encore la disponibilité des produits. Enfin, les quatre annexes précisent les modalités opérationnelles concernant la logistique, le déréférencement, le paiement, la qualité et l’écoconception des produits.
Jean-Luc Guéry a résumé ainsi l’intérêt de la refonte de ce code : « Nous pensons que la concertation est mieux que de s’affronter à coup de courriers recommandés. »*

Sur le même sujet Le négoce surperforme le marché du bricolage

Sur le même sujet Inoha dévoile son plan d’action stratégique 2025

Commentaires

La FMB et Inoha finissent par signer un code de bonne conduite remanié

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil