En direct

La FFB voit des
Didier Ridoret, le président de la FFB - ©

La FFB voit des "nuages noirs" s’accumuler sur le bâtiment

Pouthier Adrien |  le 11/09/2008  |  France entièreLogementConjonctureEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France entière
Logement
Conjoncture
Europe
Valider

Selon Didier Ridoret, le président de la Fédération française du bâtiment, le secteur devrait connaître une baisse significative des mises en chantier.

"L'avenir nous inquiète. Nous abordons une période qui peut conduire à une purge mais qui peut avoir des aspects positifs concernant les prix de l'immobilier". Didier Ridoret, nouveau président de la FFB, tenait jeudi 11 septembre sa première conférence de presse et nul doute qu’il aurait aimé inaugurer l’exercice dans un contexte moins tendu.

Ralentissement de la conjoncture
Après "onze années de belles activités et la création nette de 200.000 emplois" (dixit Ridoret), le bâtiment fait en effet face actuellement à ce que le président de la FFB a qualifié de "ralentissement de la conjoncture". En 2007, le secteur (318.00 entreprises, 1.279.000 actifs dont 981.000 salariés) avait dégagé un chiffre d'affaires de 124 milliards d'euros. Mais en 2008, la FFB prévoit la construction de moins de 400.000 logements neufs, contre 435.000 l'an dernier. Le carnet de commandes est revenu, en moyenne, de 7 à 6,5 mois en raison notamment de la chute importante de 30,9% des ventes des logements neufs au premier semestre, et de la baisse de 22,1% des mises en chantier des bâtiments administratifs au cours des sept premiers mois de l'année. 1.100 emplois d'intérimaires ont déjà disparus au deuxième trimestre et cette tendance devrait se poursuivre même si la situation est différente selon les régions et la taille des entreprises, les entreprises moyennes "risquant de souffrir le plus à partir de fin 2008".

L’imagination pour s’en sortir
"La marge de manoeuvre est faible. Seule l'imagination pourra nous sortir de cette impasse", reconnaît le président de la FFB. Pour Didier Ridoret "il faut pouvoir relancer la construction en mettant de l'argent sur la table". Aussi se prononce-t-il en faveur de l'idée du ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo d'un éco-prêt à taux zéro pour les particuliers qui entreprennent des travaux d'isolation thermique ou d'économies d'énergie. La FFB soutient également la proposition de la ministre du Logement Christine Boutin d'instaurer une TVA de 5,5% au lieu de 19,6% pour l'accession à la propriété des personnes à revenus modestes dans les régions qui manquent de logements, et des exonérations pour les contribuables soumis à l'ISF (Impôt sur la Fortune) qui investissent dans le logement social. Une délégation de la FFB se rendra d'ailleurs à Bruxelles le 8 octobre pour plaider auprès de la Commission européenne la prolongation, au-delà de la date prévue de fin 2010, de la TVA à 5,5% pour les travaux d'entretien et de rénovation dans le bâtiment. "Sinon c'est la disparition de 85.000 à 95.000 emplois", a prévenu Didier Ridoret.

Adrien Pouthier

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur