En direct

La FFB pessimiste pour 2021
Olivier Salleron, président de la FFB. - © David Morganti / FFB

La FFB pessimiste pour 2021

Adrien Pouthier avec AFP |  le 15/12/2020  |  France FFBOlivier SalleronArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
France
FFB
Olivier Salleron
Artisans
Valider

Le secteur du bâtiment ne devrait connaître qu'un rebond relatif l'an prochain (+11,3% après une chute de 15% en 2020) dans le sillage de la crise du coronavirus selon la fédération qui craint notamment une chute de la construction de logements et des pertes d'emplois.

C'est encore et toujours l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Si l'on observe d'un oeil optimiste la dernière note de conjoncture de la FFB, détaillée ce mardi 15 décembre par la le président de la FFB, Olivier Salleron, l'an prochain, l'activité du bâtiment devrait bondir de 11,3%.

Oui mais, pointeront les pessimistes, cette hausse ne suffira pas à rattraper une chute de 15% cette année, marquée par la crise sanitaire et plusieurs épisodes de confinement.

"Nous allons assister à un repli sur l'emploi (avec) 50.000 postes qui seraient en danger" l'an prochain, a averti Olivier Salleron, lors d'une conférence de presse.

Pour l'heure, la FFB fait état de 10 000 emplois en moins en 2020, essentiellement à cause d'une chute dans l'intérim.

Le poids d'une construction neuve atone

"Mais le bâtiment a peu souffert du reconfinement en fin d'année, car ses chantiers ont pu continuer contrairement au premier confinement", noteront les optimistes.

Oui mais malgré la reprise des chantiers, le rattrapage ne sera pas total, selon la FFB, qui craint surtout une déprime durable de la construction de logements.

Dans ce secteur, "le rebond n'arrivera absolument pas (...) à rattraper les années 2018-2019", a prévenu Olivier Salleron. "C'est une catastrophe qui s'annonce", juge-t-il, annonçant "une crise historique du marché en 2021" et, en conséquence, un manque de logements en France.

Les facteurs sont bien connus : baisse marquée des permis octroyés par les élus locaux depuis plus d'un an, durcissement des conditions d'emprunt immobilier, complications dues à la RE 2020. "La combinaison (de ces éléments) va entraîner des surcoûts" explique Olivier Salleron. Et ce même si la prorogation de plusieurs aides à l'achat d'un logement, dont le prêt à taux zéro (PTZ) et le dispositif Pinel ont été obtenues, n'en déplaise aux optimistes.

Enfin, même si "le gouvernement a mis le paquet" dans la rénovation énergétique, comme l'a admis le président de la FFB,et que cela devrait permettre aux activités de rénovation de retrouver leur niveau d'avant-crise, cela ne suffira pas à porter tout le secteur, conclut la Fédération.

Pessimisme quand tu nous tiens...

Commentaires

La FFB pessimiste pour 2021

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

(Ré)investir les toits

(Ré)investir les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil