Entreprises de BTP

La demande en grues s’élève à nouveau

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Manitowoc Cranes group, qui comprend les marques Potain (grues à tour), Grove (grues mobiles) et Manitowoc (grues sur chenilles), a enregistré un chiffre d’affaires de 2,16 milliards de dollars l’année dernière (1,67 milliards d’euros) en progression de 23,7%.

+ 23,7% de CA en 2011 pour Manitowoc Cranes group : « Le redémarrage de l’activité n’est pas franc et massif car il n’est pas généralisé à tous les pays », commente Philippe Cohet, executive vice president. L’Espagne, par exemple, n’a acheté qu’une dizaine de grues en 2011, elle qui en commandait plus d’un millier en 2007. L’Italie reste également frileuse. Mais la France se porte bien. « Il y a encore trop de petites grues par rapport à la demande. Mais plus assez de grosses ». D’où un redémarrage par le haut de gamme qui favorise les deux grandes marques que sont Potain et Liebherr. En matière de grues mobiles le groupe Manitowoc compte également parmi les leaders. « Notre marque Grove est numéro 2 en Europe ». C’est plus difficile avec les grues sur chenilles, Manitowoc ayant du mal à s’imposer dans les parcs existants. La crise de 2008, violemment ressentie par les constructeurs de grues, a forcé le groupe à restructurer sa production française, fermant un site pour en faire grossir un autre. C’est aujourd’hui à Charlieu, dans la Loire, que sont conçus et fabriqués les treuils de tous les modèles. « En adoptant des méthodes telles que le « lead management » et des robots modernes, la France atteint des niveaux de compétitivité tout à fait satisfaisants », constate Philippe Cohet, qui peut comparer avec les usines chinoises que possèdent également le groupe.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X