La crise mondiale devrait être moins grave que celle de 1929
- ©

La crise mondiale devrait être moins grave que celle de 1929

Defawe Philippe |  le 15/09/2008  |  France entièreDirective européenneInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Immobilier
Directive européenne
International
Valider

Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz a estimé lundi que la crise financière actuelle devrait être moins grave que celle de 1929, même s'il faut se garder d'un "excès de confiance", et il a minimisé les risques systémiques à court terme sur le système financier mondial.

"On peut bien sûr se tromper mais le point de vue général est que nous disposons aujourd'hui d'outils en matière de politique fiscale et monétaire pour éviter une autre Grande dépression", a-t-il déclaré à l'AFP.
Toutefois "la connaissance ne se traduit pas toujours en pratique", a-t-il relevé, rappelant qu'en 1998, "le Fonds monétaire international (FMI) savait comment empêcher l'Indonésie de tomber en dépression économique, mais il a en réalité pris des mesures qui l'ont fait tomber en dépression".
Le prix Nobel d'économie 2001 réagissait aux propos d'Alan Greenspan, l'ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a affirmé que la crise actuelle était "un événement qui se produit une fois tous les cinquante ans, probablement une fois par siècle".
Pour M. Stiglitz, la situation devrait continuer à se détériorer sur les marchés financiers et sur le marché immobilier, mais la mondialisation joue à ses yeux un rôle d'amortisseur.
"Il est probable" que la crise actuelle va déboucher sur "un fort ralentissement" à l'échelle mondiale, mais pas sur "une vraie crise qui verrait un grand nombre d'institutions financières tomber en faillite", a-t-il poursuivi.
La crise "est en train de se diffuser" à l'international, mais si les Etats-Unis avaient dû "absorber toutes les pertes" liées aux "subprime", les crédits hypothécaires à risque américains, le pays serait "dans une situation bien pire", a-t-il encore noté.
M. Stiglitz a par ailleurs ironisé sur les commentaires de M. Greenspan, jugeant "tout à fait remarquable" que ce dernier ne reconnaisse pas qu'il était "largement responsable" de la situation actuelle et du "manque de réglementation" financière qui a sévi pendant qu'il dirigeait la Fed.
Il a en outre relativisé les risques systémiques liés à la mise en faillite de Lehman Brothers, estimant que "la Fed et le Trésor américain ont pesé les risques avant de décider de ne pas renflouer" la banque d'affaires américaine.
"Nous pouvons donc avoir confiance dans le fait qu'il n'y a pas de risque systémique à court terme", a-t-il affirmé, tout en critiquant la décision "arbitraire" des autorités américaines d'avoir secouru la banque Bear Stearns au mois de mars et pas Lehman Brothers.
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur