En direct

La Cour des comptes déconseille vivement le statut associatif pour les centrales d’achat public
La Cour des comptes sanctionne une centrale d'achat public locale - © UlyssePixel - stock.adobe.com
Jurisprudence

La Cour des comptes déconseille vivement le statut associatif pour les centrales d’achat public

Romain Cayrey |  le 14/06/2019  |  Centrale d'achatCommande publique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Marchés publics
Centrale d'achat
Commande publique
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Une centrale d’achat constituée sous forme d’association a pris quelques libertés avec les règles de la commande publique, notamment pour réaliser des prestations de mandats de travaux. La Cour des comptes recommande au gouvernement de mieux accompagner les collectivités territoriales dans le développement de ces structures.

Depuis le Code des marchés publics de 2004, plusieurs acheteurs publics peuvent se regrouper pour former une centrale d’achat [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

La Cour des comptes déconseille vivement le statut associatif pour les centrales d’achat public

Votre e-mail ne sera pas publié

Cap'Oise Hauts-de-France

28/06/2019 12h:14

Et le premier ministre (Edouard Philippe) de répondre à la cour des comptes et de ne pas suivre ses recommandations.P.1 "Aucune disposition n'impose aux centrales d'achat d'adopter une forme juridique particulière." P.2 "Au regard de la commande publique, il n'apparaît pas que la consitution d'une centrale d'achat sous la forme d'une personne morale de droit privé plutôt que sous la forme d'une personne de droit puplic présente davantage de risque [...]" P.2 "Aucun texte n'impose aux acheteurs d'être adhérents d'une centrale d'achat" P.3 "La liberté des acheteurs de s'adresser à la centrale de leur choix doit être maintenue" P.3 "Le recours aux centrales présente pour les acheteurs de nombreux avantages [...]" P.3 "Au regard de l'ensemble de ces éléments, il n'apparaît pas utile de faire évoluer la règlementation". P. 6 & 7 Pas d'approbation ex ante pour la création d'un EPL ou d'un GIP. et le texte complet sur : https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-06/20190611-refere-S2019-0508-Cap%27Oise-Hauts-de-France-rep-PM.pdf

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Dématérialisation de la commande publique

Dématérialisation de la commande publique

Date de parution : 07/2020

Voir

Guide pratique de l'AMO

Guide pratique de l'AMO

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil