En direct

La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de
L'Union des métiers du bois (FFB) tenait son assemblée générale le 4 avril, à Grenoble. - © © FL

La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"

Florent Lacas |  le 07/04/2014  |  ImmobilierFormation BTPIsèreHygièneBois

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Entreprises
Formation BTP
Isère
Hygiène
Bois
Valider

Sommaire du dossier

  1. Appartements en balcon sur un vallon
  2. Villas urbaines pédagogiques
  3. Internat passif pour lycéens actifs
  4. Le navire de bois du lycée maritime de Saint-Malo
  5. Les derniers défis du bois en construction
  6. Une nouvelle union professionnelle pour développer la construction bois
  7. Le bois prend enfin son envol
  8. Du bois dans tous ses états pour l’extension d’un lycée agricole
  9. La filière bois-construction trouve son salut dans la rénovation et l'extension-surélévation
  10. Pour rebondir, la construction bois convoite de nouveaux espaces
  11. Un manifeste de la construction bois à Epinal
  12. Le décret bois finalement abrogé : et maintenant ?
  13. Un centre commercial tout en bois : une première en France
  14. Les derniers verrous à faire sauter
  15. Un lamellé-croisé de hêtre
  16. Quand le logement social s’essaie au bois
  17. Le bois norvégien atteint des sommets
  18. La construction en bois poursuit son ascension
  19. Resconstruction d’un collège vosgien
  20. Une association pour favoriser le développement du lamellé-croisé
  21. Construction d’une maison à ossature bois en 10 étapes
  22. La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"
  23. Un ensemble bois à énergie positive
  24. Le bois au carrefour d’un nouveau développement
  25. Rougier regroupe ses activités d’importation
  26. Surélever et rénover en toute légèreté
  27. Quand le pin veut réhabiliter la campagne
  28. Un bâtiment manifeste en porte-à-faux
  29. Un groupe scolaire rhabillé d’une résille pliée
  30. Extension sur pilotis pour la Cité des machines
  31. « La filière bois entre dans une logique d’innovation »
  32. Première tour passive R+7 de logements en bois
  33. Un concept de maison en bois à coût réduit
  34. La filière bois a désormais son comité stratégique
  35. CLT : des panneaux structuraux adaptés à toute construction
  36. La filière bois construction se met en marche
  37. Quatre maisons individuelles en bois
  38. Innovation et savoir-faire avec le bois local
  39. Bois massif et toiture végétalisée sur le chemin des écoliers
  40. La construction bois résiste (mieux) à la crise
  41. Structure bois inédite pour un immeuble de 10 logements
  42. Bois à tous les étages pour un « bâtiment image »
  43. Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien
  44. Logements R 7 à ossature bois
  45. Un rapport pour relancer la filière bois
  46. Innover avec des bois locaux
  47. Utilisation du bois dans certaines constructions
  48. Construction / bois Quantité minimale de matériaux en bois dans certaines constructions nouvelles
  49. Une icône architecturale pour la filière bois en Pays de la Loire
  50. Le Conseil constitutionnel rend le décret « bois » inapplicable
  51. Mélèze et épicéa, bien entendu !
  52. L’Inra choisit la forêt des Vosges comme ressource locale
  53. A l’école des cinq essences
  54. Un bois structurel aux qualités proches du béton
  55. Préfabrication pour une enveloppe efficace
  56. Un travail de précision autour de l’étanchéité à l’air
  57. Une chaudière gaz à condensation économe
  58. Une ventilation double flux performante
  59. Menuiseries double ou triple vitrage selon l’orientation
  60. Un immeuble de quatre étages à structure en bois massif
  61. La construction bois : épicentre de l’innovation
  62. Construction BBC en bloc bois à montage rapide et simplifié
  63. L’Entrepreneur TV – juin 2012 – La construction bois
  64. Surélévation-extension bois : requalification d'un pavillon des années 70
  65. Le bois perce sur tous les marchés
  66. «Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)
  67. Veiller à l’isolation acoustique entre logements
  68. Construction bois : un Forum pour des majors de plus en plus impliqués
  69. Introduction
  70. Création de France bois industries entreprises (FBIE)
  71. Le bois certifié prend racine dans la construction
  72. Une résidence étudiante en bois massif
  73. Des maisons de gendarmes à ossature bois
  74. Une maison en bois à doubles murs
  75. 4 modules bois pour un logement
  76. Chaniters Loire-Atlantique Techniques ancestrales pour une maison passive ossature bois
  77. Une maison passive en bois testée, mesurée et contrôlée pendant 5 ans
  78. Feuilleton 3/9 Maisons passives à ossature bois
  79. Maisons en bois à géométrie variable
  80. Guide de l’achat public éco-responsable Le bois matériau de construction
  81. Vers une pénurie du bois dans la construction !
  82. Le bois français va-t-il servir à chauffer les Anglais ?
  83. La filière bois-énergie menace-t-elle l’industrie du bois ?
  84. Un décret multiplie par 10 la quantité de bois imposée dans les logements
  85. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions
  86. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions (rectificatif)
  87. Bois : nouvelle méthode de calcul du volume incorporé dans les constructions

L'Union des métiers du bois (UMB-FFB), réunissant charpentiers, menuisiers, agenceurs et constructeurs bois, tenait son assemblée générale, le 4 avril, à Grenoble. Alors qu'elles souffrent plus que jamais du ralentissement économique, les entreprises portent une grande partie de leurs espoirs sur les travaux menés dans le cadre du Conseil national de l'industrie, qui a fait du bois une filière stratégique.

Un "évènement extraordinaire" : c'est ainsi qu'est qualifiée l'intégration de la filière bois dans le Conseil national de l'industrie par Christian Piquet, président de la commission économie et développement de l'Union des métiers du bois (UMB-FFB), qui tenait son assemblée générale ce 4 avril, à Grenoble. Au sein du Conseil national de l'industrie, 14 comités stratégiques ont en effet été créés pour piloter quatorze filières industrielles, dont le bois. Le comité stratégique de la filière bois (CSF-Bois) a été mis en place en mars dernier (lire notre article ici) afin d'établir un contrat de filière, dont l’objectif sera de proposer des mesures qui contribueront à son développement industriel. Rendu de copie le 5 juillet.

"Le bois est officiellement reconnu comme filière d'avenir, au même titre que la carte à puce ou la voiture électrique, se réjouit Christian Piquet. Notre filière n'est plus gérée par le ministère de l'Agriculture, mais tirée par celui du Redressement Productif", ajoute-t-il, se félicitant du maintien d'Arnaud Montebourg à ce poste. "Comme 80% du marché de la construction bois est réalisé par les entreprises, nous devons être présents dans ce CSF-Bois."

"La part du marché du bois, en maison individuelle, se situe aux alentours de 12% en France, précise Philippe Roux, président de l'UMB-FFB. Dans l'industrie, nous sommes à 4%. Mais le marché devrait se développer à l'avenir, car il y a une vraie demande." Raison de plus pour mettre la filière en ordre de bataille. "Il faut valoriser les ressources françaises, construire une vision stratégique interprofessionnelle et interministérielle de la filière, rétablir la continuité de la chaîne de valeur", explique Christian Piquet.

"Une évolution rapide de la filière bois"

Concrètement, cette présence des entreprises et de l'UMB-FFB dans le CSF-Bois se traduit par un rythme de réunions très intense, dans lesquelles tous les acteurs de la branche se retrouvent pour débattre et se fixer des objectifs communs.

"Dans ces réunions, il y a de l'ambiance !", a indiqué aux adhérents de l'UMB-FFB François Poulingue, président du groupe de travail GT6-A (il y a sept groupes de travail dans le CSF-Bois). "Au sein de notre groupe, nous expliquons à la première transformation (les scieurs) ce dont a besoin la deuxième transformation (les constructeurs bois), a continué François Poulingue. Pourquoi importons-nous trois millions de mètres cubes de bois chaque année ? Parce que nous avons besoin de bois, sec, de qualité, calibré. Les scieurs nous répondent que ce n'est pas demain que nous aurons assez de bois français respectant ces caractéristiques, tout simplement parce qu'ils écoulent sans difficulté leur stock de bois humide. Pourquoi investiraient-ils dans un séchoir ? Il faut donc motiver la première transformation pour que nous importions moins. Et ceci non pas pour favoriser nos entreprises : nous pourrons toujours nous fournir en bois à l'étranger. Mais surtout dans le but de redresser les comptes du pays."

"Nous sommes dans une évolution rapide de la filière", a déclaré Philippe Roux, président de l'UMB-FFB, à ses adhérents. Et, pour prouver le sérieux et l'engagement des constructeurs bois, les professionnels ne veulent pas se payer de mots. "La mission coordonnée par Franck Mathis et Dominique Weber, visant à construire des immeubles de vingt étages en 2017 et trente étages en 2030 (lire notre article ici), ce sont les travaux pratiques du CSF-Bois, a expliqué Philippe Roux. Nous appelons nos adhérents à participer à ces travaux pour faire état de la motivation de notre profession." "Cet objectif de 20 étages puis 30 étages est ambitieux, certains pensent même qu'il est déraisonnable, ajoute Christian Piquet. Mais la construction d'un IGH en bois participera à lever les freins techniques et réglementaires au développement du bois dans la construction. Nous nous soucierons aussi, dans le cadre de ces projets, de la problématique de la qualité de vie, notamment la qualité de l'air intérieur. Nous voulons être précurseurs sur le sujet."

Les entreprises ont perdu la main sur leurs index BT

Un vent d'espoir d'autant plus salvateur que le début d'année 2014 semble économiquement exécrable pour les entreprises de construction bois. "Les prix ont continué de baisser, ils sont aujourd'hui extrêmement bas, s'inquiète Christian Piquet. Les entreprises sont dans une stratégie de sauvegarde, elles remplissent le carnet de commandes."

Sans oublier que, pour les entreprises, des problèmes sont venus s'ajouter aux problèmes. A commencer par la reprise en responsabilité par l'Insee du calcul des index BT. "C'est une catastrophe, estime Christian Piquet. Auparavant, la Fédération française du bâtiment faisait des propositions sur la composition des index, qui étaient ou non validées par le ministère. Mais l'Insee, par une décision unilatérale, a décidé de prendre le contrôle de tous les index du secteur. Nous n'avons donc plus notre mot à dire ! Nous ne savons pas comment les index vont évoluer. La FFB se bat, actuellement, pour que les choses évoluent, notamment dans la prise en compte du crédit d'impôt compétitivité-emploi."

Le compte pénibilité, "inapplicable dans 99% des entreprises du bâtiment"

Autre inquiétude : l'entrée en vigueur du compte pénibilité le 1er janvier 2015. "Ce dispositif est désastreux, ruineux pour nos entreprises, a déclaré Jacques Chanut, futur président de la FFB (lire notre article ici), devant les adhérents de l'UMB-FFB, lors de son discours de clôture de l'assemblée générale. Le compte pénibilité va durcir les relations sociales dans nos entreprises, encore plus que ne l'avait fait le passage aux 35 heures. C'est pourquoi nous nous battrons pied à pied contre ce dispositif !" Au delà même de la question de l'influence de ce dispositif sur la vie sociale de l'entreprise, l'actuel vice-président de la FFB le juge irréaliste. "Ce qui a été imaginé sur la pénibilité concernera 90% de nos salariés, mais sera inapplicable dans 99% des entreprises. Si rien ne bouge, nous serons obligés de faire entendre notre voix par, peut-être, une mobilisation."

Les poussières de bois, "épée de Damoclès" pour les entreprises de construction bois ?

A l'occasion de l'assemblée générale de l'Union des métiers du bois (UMB-FFB), le 4 avril à Grenoble, les entreprises se sont étonnées du peu de mesures effectuées par l'inspection du travail sur l'exposition de leurs salariés aux poussières de bois. "Rien ne se passe sur ce front-là, c'est le calme plat", explique Emmanuelle Dugoua, présidente de la commission formation/prévention de l'UMB-FFB. Le décret réglementant l'exposition des salariés aux poussières de bois date de 2009. "C'est un peu comme une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes", estime Philippe Roux, président de l'organisation.

Commentaires

La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Dicobat

Dicobat

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur