En direct

La construction bois en mode local

Paul Falzon-Monferran |  le 22/11/2013  |  Collectivités localesCharente-MaritimeDeux-Sèvres

Deux-Sèvres -

Une maison à ossature bois n’utilisant que des produits fabriqués dans un rayon de 180 km : c’est le cœur du projet R180 récemment inauguré par Rullier Bois à Chef-Boutonne (Deux-Sèvres). La société familiale (cinq agences, 23 millions d’euros de chiffre d’affaires) s’est tournée au milieu des années 2000 vers la production d’éléments pré-industrialisés pour la construction bois (charpentes, murs creux) et possède son bureau d’études intégré. L’idée de la maison R180 est née lors de la préparation des 130 ans de l’entreprise, célébrés fin septembre.

Respect des normes

« Le projet a d’abord été conçu comme une vitrine de notre savoir-faire et comme un témoignage de notre engagement dans le domaine du développement durable, indique le président Philippe Rullier. Au final, cette expérience montre qu’il est possible de construire avec des produits issus du tissu industriel local, respectueux des normes sociales et environnementales, tout en proposant un habitat contemporain. » Parmi les fournisseurs retenus dans le projet figurent le groupe Piveteau pour les bois d’ossature et les bardages, Thébault pour les panneaux de contreventement, Terreal pour les tuiles, Millet et Sotrinbois pour les menuiseries, Biofib et Isover pour les isolants…
La dimension régionale se retrouve également dans les partenariats conclus avec l’IUT de génie civil de La Rochelle, pour la conception, et avec l’interprofessionnelle Futurobois, pour la réalisation du bilan environnemental. La maison R180 se veut un modèle d’optimisation de la solution ossature bois. « L’enjeu est d’absorber sur la partie industrielle les surcoûts entraînés par les réglementations thermique et sismique, afin que les entreprises concentrent leur valeur ajoutée sur la mise en œuvre », relève Philippe Rullier. La société entend poursuivre ses efforts en termes de R&D pour accroître la compétitivité de la maison à ossature bois face aux solutions traditionnelles : l’objectif à terme est d’abaisser les coûts jusqu’au seuil de 1 000 euros/m², afin de les aligner sur le marché régional.

PHOTO - 760466.BR.jpg
PHOTO - 760466.BR.jpg

Commentaires

La construction bois en mode local

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur