En direct

La Cité des électriciens réinventée

MAXIME BITTER |  le 31/05/2013  |  FormationCollectivités localesNordPas-de-Calais

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Formation
Collectivités locales
Nord
Pas-de-Calais
Valider
Bruay-La-Buissière -

La quarantaine de petites maisons mitoyennes de la Cité des électriciens de Bruay-La-Buissière (Pas-de-Calais), la plus ancienne du bassin minier, classée à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques et au patrimoine mondial de l’Unesco, est l’objet d’un grand programme de restructuration. L’agglomération Artois Comm imagine un avenir touristique et artistique à cette emprise de 6 000 m².

Interpréter les mines

Un marché de maîtrise d’œuvre a été attribué à un groupement mené par l’agence d’architecture Philippe Prost, qui travaille déjà dans la région sur deux sites remarquables : la citadelle de Lille et le mémorial de Notre-Dame-de-Lorette. Il est accompagné pour ce marché des paysagistes de Forr, du bureau d’études Verdi, du muséographe DU & MA et de l’atelier Villar Vera. Le programme ? Accueillir des artistes en résidence, sur un tiers du site. Loger des touristes, par la création de gîtes d’accueil en maisons minières. Et enfin, concevoir un « lieu d’interprétation du paysage minier », depuis la grande échelle jusqu’au logement. Des surfaces d’exposition seront donc créées dans les maisons, une manœuvre complexe quand on connaît l’exiguïté des lieux. Pour montrer le paysage à grande échelle, un bâtiment neuf sera construit en bordure du site. L’enjeu, pour l’équipe de Philippe Prost, est bien de magnifier « ce patrimoine ordinaire, fragile et construit à l’économie ». Artois Comm investira près de 15 millions d’euros dans ce projet. La phase de l’avant-projet sommaire est achevée et l’équipe de maîtrise d’œuvre attaque l’avant-projet détaillé. Les travaux sont programmés pour 2014 avec, en fonction des aléas, une ouverture du site fin 2015. D’ici là, les carrières de craie qui mitent les sous-sols devront être comblées. Un million et demi d’euros sont investis ici pour l’injection d’un coulis de béton par l’entreprise Sotraisol avec Ginger CEBTP en maîtrise d’œuvre.

PHOTO - 726799.BR.jpg
PHOTO - 726799.BR.jpg - © Blanche Cayla/AAPP
Vocation sociale

La vocation de logement social du site n’est pas écartée. Le bailleur d’origine, Maisons et Cités, a décidé de conserver une douzaine de maisons à l’entrée du site. Le patrimoine devra être entièrement restructuré avec la contrainte de taille du double classement MH et Unesco. Ce défi sera relevé par les architectes du patrimoine Jennifer Didelon et Eric Barriol, attributaires du marché de maîtrise d’œuvre. Ils disposent d’une enveloppe conséquente, 1,3 million d’euros, pour le relever. Les complexités structurelles ne manquent pas : exiguïté des pièces, étage très bas sous pentes, faibles ouvertures… Ils pourront réaliser des extensions, mais laisser la structure originale visible. Les « carins », ces modules de briques de 2 m 2 qui accueillaient les toilettes, doivent être conservés.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur