En direct

La chapelle royale retrouve son éclat
D’importants désordres structuraux rendaient indispensables la restauration de la chapelle royale de Jules Hardouin-Mansart, achevée en 1710. - © PHOTOS : T. GARNIER/CHATEAU DE VERSAILLES

La chapelle royale retrouve son éclat

Amélie Luquain |  le 11/12/2020  |  Travaux en site occupéMonument historiqueYvelinesCouverture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Travaux en site occupé
Monument historique
Yvelines
Couverture
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Restauration -

Le monument historique du château de Versailles, se dote d'une nouvelle couverture et de pierres taillées sur mesure.

 

« La restauration de la chapelle royale de Versailles était une urgence », pose Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques (ACMH) et associé de l'agence 2BDM. Achevé en 1710, le chef-d'œuvre de Jules Hardouin-Mansart connaissait de graves désordres structuraux. En toiture, les ardoises arrachées et les ornements en plomb abîmés ont provoqué des fuites engendrant le pourrissement de certaines pièces de charpente. Résultat, cette dernière s'affaissait et générait des poussées qui se répercutaient sur les maçonneries d'appui. En façade, les reliefs des sculptures de pierre menaçaient de tomber, tandis que les armatures des vitraux, victimes de corrosion, devaient également être réparées.

PHOTO - 23610_1405401_k3_k1_3246918.jpg
L’échafaudage était habillé d’une toile en trompe-l’oeil de l’artiste Pierre Delavie. Au total, les travaux ont duré trois ans. - © PHOTOS : T. GARNIER/CHATEAU DE VERSAILLES

Devant ces détériorations généralisées, l'architecte a choisi de restaurer le monument dans son état de 1789, soit juste avant que la résidence royale ne soit transformée en musée. Alors que les travaux s'achèvent, Frédéric Didier résume le projet : « Nous avons pris le parti de traiter en conservation l'essentiel des ouvrages en place, soit la toiture, la charpente, les 5 200 m² de façade, les 532 m² de vitraux et les 140 décors sculptés. » Cette entreprise considérable mobilise depuis mars 2018 une multitude de corps de métiers : charpentiers, couvreurs, verriers, serruriers, métalliers, vitriers, tailleurs de pierres, doreurs, sculpteurs… qui ont travaillé en site occupé.

PHOTO - 23610_1405401_k4_k1_3246921.jpg
Tailleurs de pierres et sculpteurs ont travaillé à pied d’oeuvre pour restaurer statues et ornements de façades. - © DIDIER SAULNIER / CHATEAU DE VERSAILLES

[...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil