En direct

La chapelle Le Corbusier de Ronchamp va panser ses plaies
- © AONDH/G.Vieille

La chapelle Le Corbusier de Ronchamp va panser ses plaies

Christian Robischon (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 15/02/2021  |  ChantiersHaute-SaônePatrimoineLe CorbusierUnesco

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culture
Chantiers
Haute-Saône
Patrimoine
Le Corbusier
Unesco
Pathologie des ouvrages
ACMH
Drone
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Le célèbre édifice engage sa plus importante restauration, d’un montant de 2,3 millions d’euros.

Soixante-cinq ans après son inauguration, la chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp (Haute-Saône) signée Le Corbusier entame sa première restauration d’envergure.

Pendant trois ans et pour un montant de 2,3 millions d’euros, les travaux s’attaqueront aux pathologies qui rongent depuis de nombreuses années l’œuvre en maçonnerie de pierre et en béton inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Leur nature a été présentée vendredi 12 février par l’Association Œuvre Notre-Dame-du-Haut, propriétaire et gestionnaire du site.

La première tranche, jusqu’en octobre prochain, traitera les fissures de la façade sud large de 33 mètres. Elles seront ouvertes sur une faible largeur de façon à atteindre les armatures et le treillis métallique pour traiter leur corrosion, puis refermées au moyen d’un joint souple d’étanchéité et d’un mortier de finition.

« Il s’agit de redonner sa qualité au ciment projeté sur treillis métalliques, technique caractéristique de la construction qui avait été mise en œuvre à titre expérimental à l’époque », détaille Jean-Jacques Virot, architecte et président de l’association. Cette première partie d’intervention doit faire cesser les migrations d’humidité qui entraînent l’oxydation des armatures du béton et par ricochet des éclats de surface.

Les quatre phases suivantes concerneront successivement les façades nord et ouest et les tourelles (décapage, reprise des fissures, étanchéité des vitrages, remise en peinture), puis la tour sud-ouest et la façade qui est traversée par une fissure significative due à un défaut de liaison de la pierre de grès, l’intérieur de la chapelle (badigeonnage) et enfin les deux bâtiments annexes, l’Abri du pèlerin et la Maison du chapelain.

Le site de la chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp (Haute-Saône) de Le Corbusier
Le site de la chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp (Haute-Saône) de Le Corbusier - © AONDH/G.Engel
Le site constitue un lieu de pèlerinage depuis le Moyen-Age. © AONDH/G.Engel

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

La chapelle Le Corbusier de Ronchamp va panser ses plaies

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil