En direct

La CGT-Construction manifeste devant la FFB
Manifestation de la CGT Construction le 15 janvier 2018 devant le siège de la FFb à Paris - © © Compte twitter Espace des luttes France Insoumise

La CGT-Construction manifeste devant la FFB

le 15/01/2018  |  ParisSecond œuvreRevêments murauxPeinture

Des centaines de militants ont protesté lundi 15 janvier à Paris contre "la répression syndicale" visant selon eux un de leurs cadres, jugé en appel pour avoir projeté de la peinture sur le siège de la Fédération française du bâtiment.

Des centaines de militants de la CGT-Construction venus du Tarn, des Vosges, de Loire-Atlantique, de Seine-Maritime ou encore du Nord, se sont rassemblés lundi 15 janvier devant le siège de la FFB, dans le XVIe arrondissement, pour soutenir  Philippe Christmann, reconnu en décembre 2016, "coupable d'avoir projeté de la peinture sur diverses parois des locaux" et "complice" de diverses dégradations (autocollants, tags et confettis jetés, mobilier déplacé, grille de sécurité abimée) "ayant entraîné un dommage léger".

Le parquet a fait appel du jugement le condamnant à une amende de 500 euros et à verser environ 17.000 euros à la FFB (1.000€ de préjudice moral, plus de 14.500€ pour le préjudice matériel et 1.500€ de frais de justice). L'audience a finalement été reportée au 26 mars.

Philippe Martinez (CGT), Gérard Filoche (ex-PS) et Eric Coquerel (LFI) notamment ont pris la parole pour dénoncer à l'unisson une "répression syndicale et sociale" grandissante, sous les applaudissements des militants munis de drapeaux, sifflets, pétards et confettis.

Devant eux, une affiche proclamait "Pour qu'un bâtiment sorte de terre... C'est un ouvrier, chaque jour, que l'on enterre !!!". Une couronne de fleurs, avec la mention "Pour les salariés morts au travail", était également déposée devant l'entrée de la FFB, fermée pour l'occasion.

"Le procès des confettis et de la peinture à l'eau", comme l'a rebaptisé la CGT, trouve son origine dans une manifestation surprise organisée par une trentaine de militants de la CGT-Construction, en avril 2014, pour revendiquer un départ à la retraite à 55 ans dans les métiers pénibles. La CGT-Construction "réclame la reprise des négociations" sur ce thème dans tous les métiers, et particulièrement dans le bâtiment où il y a "un mort par jour travaillé" et "un accident toutes les 5 minutes", a déclaré à l'AFP son secrétaire général, Serge Pléchot.

Commentaires

La CGT-Construction manifeste devant la FFB

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX