Vie de l'entreprise

La CGPME veut un décret sur les heures supplémentaires

Le vice-président de la Confédération générale des PME (CGPME), Jean-François Roubaud, a réitéré, lors de sa rencontre avec François Fillon, sa demande de passer « immédiatement par décret » à un contingent de 180 heures supplémentaires pour assouplir les 35H.
« Nous avons fortement rappelé notre demande du contingent de 180 heures supplémentaires afin d’assouplir le quota actuel pour passer immédiatement par décret aux 180 heures », a déclaré M. Roubaud à l’issue d’une rencontre d’une heure avec le ministre des Affaires sociales.

« Le contingent d’heures supplémentaires, c’est à minima 180 heures, on ne veut pas moins. Ce sera totalement inacceptable si on obtient moins de 180 heures, c’est clair », a-t-il martelé. « Nous n’avons pas reçu d’assurance (sur ce décret) à l’heure où je vous parle », a-t-il ajouté, indiquant qu’il attendait la décision de M. Fillon « dès le début de la semaine prochaine », lorsque ce dernier « fera part de ce qu’il décidera ou proposera au gouvernement ».

A propos du Smic, M. Roubaud a rappelé au ministre la proposition de la CGPME de parvenir « dans les cinq ans » à un seul Smic, mais il s’est toutefois montré ouvert à l’hypothèse d’un retour plus rapide à un seul Smic. « Je lui ai rappelé que nous n’étions pas contre cette position de revenir dans les trois ans » à un seul Smic, mais « qu’en aucun cas, ce devait être les entreprises qui paient ». « A partir du moment ou M. Fillon trouve les finances pour le passer en trois ans, nous serons sans doute d’accord », a conclu M. Roubaud.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X