En direct

La certification américaine Leed tente de s’implanter en France
La tour Carpe Diem à La Défense - © © STUDIO AMD POUR A. M. STERN ARCHITECTS

La certification américaine Leed tente de s’implanter en France

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 21/07/2011  |  TechniqueBâtimentInternational (hors U.E)

Le cabinet d'audit et de conseil Deloitte et le bureau de contrôle Bureau Veritas viennent de s'associer pour développer en France la certification environnementale américaine Leed.

Si la marque NF Démarche HQE est désormais bien implantée dans l'Hexagone, certains investisseurs internationaux jugent qu'elle manque de notoriété au-delà de nos frontières. Ils reprochent aussi au dispositif français son manque de lisibilité en termes d'affichage : le profil environnemental sans classement rend difficile la comparaison entre deux bâtiments certifiés. Et puis, face à des bâtiments HQE, désormais banals dans des quartiers comme La Défense, les critères de classe internationale de la certification Leed permettent de se différencier.

Autant de raisons qui ont poussé les deux partenaires à étudier le moyen d'appliquer en France le référentiel Leed. L'opération n'est pas sans difficultés tant les cultures techniques et réglementaires sont différentes des deux côtés de l'Atlantique. « Nous avons choisi de prendre appui sur un cas concret pour faire cette étude », expliquent Alfonso Ponce pour Deloitte et Mickael Sigda pour Bureau Veritas. Il s'agit de la tour Carpe Diem, dont la construction vient de démarrer à La Défense, qui s'est inscrite dès 2007 dans une démarche de double certification environnementale NF Démarche HQE – Bâtiments tertiaires, THPE 2005 et Leed CS 2.0 niveau « gold ». L'étude a été réalisée avec la collaboration d'Oger International, rompu à la certification Leed notamment au Moyen-Orient.

Obstacles

Le premier obstacle est la référence aux normes, réglementations et labels nord-américains. Ainsi, le bureau d'études « fluides » a dû réaliser ses calculs thermiques selon les deux référentiels RT 2005 et Ashrae et prendre en compte des débits d'air conformes à la norme Ashrae 62.1-2007. Les équipements sanitaires sont aussi impactés puisque le référentiel Leed impose des débits à ne pas dépasser selon une pression utilisée par l'International Plumbing Code (IPC), différente des pratiques françaises. De même, le calcul des besoins en eau potable est fait en fonction des débits des équipements et des taux d'occupation hommes/femmes du bâtiment. Par ailleurs, le référentiel Leed impose aux fournisseurs de communiquer des données telles que la teneur en composés organiques volatils (COV). Or les fiches de déclaration environnementale et sanitaires (FDES) françaises indiquent non pas la teneur mais les émissions de COV. De plus, les méthodes de calcul sont établies en France selon une norme française NF P 01.010. Les auteurs de l'étude citent encore les fluides frigorigènes des groupes de froid : les Européens ne distinguent pas les différents HFC tandis que Leed fait une nuance et exige des précisions sur ces fluides. Du côté des bois utilisés dans la construction, Leed exige le label FSC alors que les forêts françaises sont en majorité certifiées PEFC. Ce ne sont là que quelques exemples des difficultés rencontrées, qui se multiplient dans tous les ouvrages d'un bâtiment.

Pour faciliter l'application de Leed en France, l'USGBC (US Green Building Council), qui gère la marque, a entrepris de traduire en langue française les documents du programme de certification. Des traductions en espagnol et en chinois sont également en cours. L'association compte également « dénationaliser » Leed en abandonnant les références américaines (ANSI, ASTM, Ashrae) et en créant des tables de correspondance entre les différents systèmes de normes.

Commentaires

La certification américaine Leed tente de s’implanter en France

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur