Chantiers

La centrale nucléaire de Brennilis ne sera complètement démantelée qu’après 2030

Mots clés : Energie nucléaire

Le démantèlement de la centrale nucléaire du Finistère devrait être complètement achevé plus de 45 ans après sa mise à l’arrêt, le 31 juillet 1985.

La centrale de Brennilis (Finistère), une des plus vieilles centrales nucléaires françaises dans les Monts d’Arrée a définitivement arrêté de produire le 31 juillet 1985. Mais ce n’est que dans près de 15 ans que son démantèlement sera achevé. « L’horizon, c’est dans les années 2030 », a déclaré Jean Cucciniello, directeur du site des Monts d’Arrée.

Le démantèlement de ce réacteur à eau lourde, unique en son genre en France, a commencé en 1997, soit douze ans après l’arrêt de la production d’électricité. Interrompus en 2007, les travaux ont repris en 2011. Le démantèlement de la dalle de béton de la station de traitement des effluents devrait s’achever en fin d’année. Ensuite, EDF a jusqu’à la fin juillet 2018 pour soumettre un dossier de démantèlement complet à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). « On compte environ trois ans d’instruction (du dossier par l’ASN, ndlr) et une dizaine d’années de démantèlement », a précisé M. Cucciniello.

La dernière phase du démantèlement doit s’attaquer au bâtiment réacteur, avant la réhabilitation du site, qui pourra alors être affecté à un autre usage industriel.

Hors interruptions, le démantèlement de la centrale aura demandé près de 30 ans de travaux.

Ce chantier, « est une première », a expliqué le directeur du site. « Non seulement c’est un prototype mais en plus c’est une filière complexe et spécifique sur laquelle on n’a pas de retour d’expérience ou de durée éprouvée des cadences ».

Le responsable n’a pas voulu donner de coûts du démantèlement. « Ce que nous impose la loi, c’est d’avoir des provisions, des capacités financières pour le démantèlement. On se conforme à la loi », a ajouté M. Cucciniello.

En 2005, la Cour des comptes avait estimé le coût du démantèlement de Brennilis à 482 millions d’euros, soit 20 fois plus qu’estimé en 1985.

 

Plus de 45 ans pour démanteler une centrale, c’est long. LeMoniteur vous explique pourquoi :

Fermer une centrale : plus facile à dire qu’à faire

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X