Immobilier

La Caisse des dépôts se donne les moyens d’agir dans le logement social

En sortant de la Caisse d’Epargne, la Caisse des dépôts va toucher un pactole de 7 milliards d’euros qu’elle compte réinvestir en actions de grandes entreprises françaises, mais aussi dans le financement des PME, le logement social et les infrastructures.

Selon un accord-cadre signé jeudi, la Caisse des dépôts va encaisser un chèque de 7 milliards d’euros pour prix de la revente de sa participation de 35% dans la Caisse nationale des Caisses d’Epargne.
En réalité, sur ce total, 1,5 à 2 milliards devraient correspondre à des apports d’actifs de l’Ecureuil, les 5 à 5,5 milliards restant étant versés en cash.
Avec ce trésor de guerre, obtenu de haute lutte après deux mois et demi de guerre des nerfs avec la Caisse d’Epargne au sujet du projet NatIxis (fusion des banques d’affaires des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires), la Caisse a une « marge pour rebondir ».
Mais elle perd dans le même temps une source substantielle, et récurrente, de revenus: l’an dernier, les Caisses d’Epargne ont contribué à hauteur de 389 millions à son résultat net, soit près de 19% du total.

La CGT de l’établissement public a réclamé vendredi que le fruit de la vente de ses parts soit « prioritairement réinvestie sur le long terme dans le cadre des missions publiques » qui lui sont confiées, « notamment le financement du logement social, et non pas « anonymement absorbée dans la résorption du déficit public ».
Si l’Etat était tenté d’empocher plus que ne le prévoit la règle qui régit ses relations financières avec la CDC, il risque de se heurter à une fin de non-recevoir.
« La règle s’appliquera: la plus-value dégagée par la vente ira dans le résultat et un tiers (du résultat net) ira au budget de l’Etat », a indiqué jeudi le directeur général de la CDC, Francis Mayer, lors d’un point de presse.

Quant au logement social, « nous n’oublions pas nos missions d’intérêt général, loin de là », a assuré M. Mayer.
L’accord prévoit notamment la revente de 40.000 logements sociaux, détenus par la Caisse d’Epargne, à la SNI. Cette filiale de la CDC, spécialisée dans le logement d’intérêt collectif, va ainsi devenir l’un des « tout premiers bailleurs sociaux de France », s’est-il félicité.
Par ailleurs, « nous allons prendre une initiative forte en matière de logement social et d’accession à la propriété des Français les plus modestes », a expliqué M. Mayer, sans plus de précisions.

Comme annoncé lors de la présentation de ses résultats annuels, la CDC va en outre « renforcer » ses investissements dans les grandes sociétés françaises.
La Caisse se sait très attendue sur ce sujet. En mars, le Premier ministre Dominique de Villepin l’avait invitée à jouer pleinement son rôle d’actionnaire de référence dans bon nombre de sociétés du CAC 40, en plein débat sur le patriotisme économique.
Mais « si nous faisions des investissements politiques, nous n’aurions pas les résultats historiques que nous avons eus », lui a répondu, indirectement, Francis Mayer. Le critère de rentabilité est « de loin le plus important », a-t-il martelé.
Sur le dossier du financement en fonds propres des PME, où elle est également très attendue, la CDC va reprendre les 35% de la Caisse d’Epargne dans CDC Entreprises Capital Investissement, a-t-il détaillé.
Cela va lui permettre de renforcer « substantiellement » ses moyens au profit des PME, que ce soit dans le domaine du « capital-risque de proximité » ou du LBO (rachat par endettement, ndlr), a-t-il précisé.

La cagnotte devrait enfin profiter aux infrastructures. Financement des tramways et des TGV, prise de participation dans Sanef, montée prochaine au capital du Viaduc de Millau: la Caisse, très active en 2005 et début 2006 sur ce chantier, n’entend pas en rester là.
Elle souhaite d’ailleurs créer un « fonds d’investissement européen dans les infrastructures », a ainsi indiqué M. Mayer, sans autre précision.
Eve Bonnivard (AFP)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X