En direct

Publi-rédactionnel

La brique terre cuite : vers une industrie compétitive et décarbonée

le 29/04/2021  |  France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Matériaux de construction
France
Valider

La filière de la terre cuite se mobilise pour limiter l’impact de ses activités et réduire ses consommations d’énergie. Comment ? En améliorant nos pratiques au quotidien et en portant le plan « Usine bas carbone 2050 », un programme ambitieux de rupture technologique, à l’échelle européenne.

L’éco-conception pour réduire notre impact et améliorer nos performances

Oui, une brique terre cuite fait l’objet d’une démarche d’éco-conception : l’optimisation de la géométrie, la réduction de la masse des produits (en conservant la performance) et l’optimisation de la disposition des briques dans les fours génèrent des performances environnementales accrues. Pour preuve, l’éco-conception a permis de multiplier par trois la résistance thermique des briques en vingt ans. Ça fait moins d’énergie consommée pour créer des produits plus légers, et qui isolent toujours mieux.
Impact limité, performance accrue, du gagnant-gagnant, tout simplement !

La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas

Diminuer notre consommation d’énergie, c’est aussi réutiliser celle que l’on a à disposition. Le séchage et la cuisson sont les deux étapes de fabrication qui consomment le plus d’énergie. C’est pourquoi des améliorations constantes sont apportées aux procédés pour moins consommer :

  • récupérer de l’air chaud non utilisé dans les fours pour alimenter les séchoirs ;
  • ajouter des sas pour limiter les déperditions de chaleur lors de l’ouverture des portes des fours ;
  • optimiser la disposition des produits dans les fours ;
  • mieux piloter le cycle de cuisson par voie informatique. Cela permet d’optimiser 24h sur 24 les conditions de fonctionnement des équipements.

Et ça fonctionne ! Les consommations d’énergie ont diminué de 17 % entre 1990 et 2018 et les émissions de CO2 ont baissé de 37 % entre 2000 et 2018.

Opter pour des énergies renouvelables

L’efficacité carbone peut être améliorée grâce à l’utilisation de sources d’énergie alternatives.

Tour d’horizon de quelques bonnes pratiques :

  • le biogaz issu de la méthanisation de déchets. La valorisation de déchets ménagers collectés peut permettre, grâce à une unité de méthanisation, l’approvisionnement d’énergie produite localement à une usine locale. C’est une forme de symbiose industrielle avec les territoires où nous sommes implantés ;
  • la biomasse, quand il existe des sources d’approvisionnement proches et régulières (déchets de bois par exemple) ;
  • l’énergie photovoltaïque ou éolienne, sur les toits, dans les carrières... Pour les besoins de bureaux et de certains équipements.

La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique a ainsi atteint près de 11 % en 2018 et peut être de l’ordre de 40 % sur certains sites. Cette performance place l’industrie de la terre cuite française au-dessus de la moyenne de l’industrie française. Elle est aussi le leader de l’industrie européenne de la terre cuite !

Pour une industrie compétitive et décarbonée : la feuille de route « Usine bas carbone 2050 »

Le process d’amélioration continue engagé par la filière depuis une quinzaine d’années a déjà permis de diminuer notablement les consommations d’énergie et les émissions de CO2. Pour répondre à l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 (fixé par la Stratégie nationale bas carbone de la France), il est désormais essentiel d’innover. C’est pourquoi notre filière a lancé sa feuille de route « Usine bas carbone 2050 ».

« Usine Bas Carbone 2050 » : panorama
L’idée est simple : proposer à chaque usine les solutions les plus adaptées. Mais l’idée est ambitieuse. Ce programme confié au CTMNC (Centre technique de matériaux naturels de construction) a permis de réaliser un état des lieux des installations (bilan des consommations, technologies utilisées, etc.) et d’identifier des pistes de réduction des émissions de carbone, en particulier grâce à des technologies de rupture.

Ce sont ainsi plus de trente solutions qui ont été identifiées, au potentiel et à l’accessibilité variés : captage du carbone, nouvelles énergies décarbonées, pressage à sec, cuisson rapide, cuisson laser, alias digital des usines, apport de l’intelligence artificielle, etc. Des démonstrateurs pilotes, réels ou virtuels, dans toute l’Europe permettront de tester, d’instrumenter et de modéliser les solutions pour créer des lignes de production nouvelle génération ou actualiser des lignes existantes.

Notre ambition est claire : concevoir l’usine terre cuite de demain, pour une industrie locale, compétitive et décarbonée !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur briques.org !

Contenu proposé par FFTB.

Commentaires

La brique terre cuite : vers une industrie compétitive et décarbonée

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil