En direct

La Bretagne s'organise pour endiguer les crues

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 06/01/2014  |  EntreprisesSécurité et protection de la santéFinistèreMorbihanLoire-Atlantique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Entreprises
Sécurité et protection de la santé
Finistère
Morbihan
Loire-Atlantique
Equipement
Valider

La façade ouest de la France n’en a pas fini avec les inondations même si des signes de légères décrues apparaissent. De retour de congé pour la plupart d’entre-elles, les entreprises de BTP doivent composer avec la météo et ses conséquences.

Ce lundi 6 janvier, dans son bulletin de 6h, Météo France indiquait que huit départements du littoral atlantique sont encore placés en vigilance orange vagues-submersion jusqu’au 7 janvier. Cette mesure concerne les départements de Charente-Maritime, du Finistère, de la Gironde, des Landes, de la Loire-Atlantique, du Morbihan, des Pyrénées-Atlantiques et de la Vendée. « Dans un contexte de littoral déjà fragilisé, le déferlement de grosses et puissantes vagues associé à des hauteurs d'eau encore importantes entraînent un phénomène vagues-submersion remarquable et nécessitent une vigilance toute particulière », note l'agence météorologique.

Selon les fédérations professionnelles, les entreprises de BTP qui ferment traditionnellement leurs portes une quinzaine de jours durant les vacances de Noël n’auraient été impactées qu’à la marge. Mais la rentrée sera marquée par des travaux d’urgence à réaliser sur tous les fronts.

 

Quimperlé, ville-symbole des inondations
 

Depuis une quinzaine de jours, de fortes pluies conjuguées à d’importants coefficients de marée ont eu comme conséquences de limiter l’écoulement des rivières et de provoquer des inondations localement impressionnantes comme à Quimperlé (Finistère). Cette petite commune de 12 ?500 habitants située à 15 km de la mer à laquelle elle est reliée par la Laïta, un fleuve qui comme ses deux principaux affluents, l’Isole et l’Ellé, est sorti de son lit pour inonder la basse ville. Le phénomène ne date pas d’hier. Le maire, Alain Pennec, historien de profession, rappelle qu’on retrouve « la trace de débordements hivernaux plus ou moins graves au XVIIe et XVIIIe siècle » et que plus récemment, la ville a été touchée en 1995, 2000 et 2001 par des inondations atteignant alors un niveau record avec près de 5,90 m d’eau (contre 3,93 m aujourd’hui).

« C’est un phénomène naturel que qu’on connaît bien et qui est principalement localisé dans la basse-ville» relativise également Jean-Marc Guilchet, entrepreneur de travaux publics à Querrien, près de Quimperlé. « Je n’ai eu qu’un seul chantier inondé et mon personnel n’est pas en intempérie. Après tout, ce ne sont que des fortes pluies.  Et en hiver et en Bretagne, ce n’est pas si exceptionnel », ajoute le chef d’entreprise.
Etant prévisible, ce phénomène de crue a tenté d’être maîtrisé par une série de travaux comme la construction d’une barrière le long du quai de Brizeu pour protéger une route départementale. Pour Alain Pennec, « La Ville a fait le maximum avec plus de 6 millions d'euros de travaux pour accélérer le passage de l'eau en ville avec la suppression des obstacles et la reconstruction de ponts ». Mais l’élu en est persuadé, « des solutions doivent être trouvées en amont pour ralentir l'eau des montagnes noires ». Un syndicat mixte « L'Ellé, L'Isole, La Laït » a pourtant bien été créée en 2002 pour faire face à ce genre de situation  mais sans réelle efficacité. Seule consolation, le soutien apporté par l’Etat avec la visite du ministère de l’Intérieur le 26 décembre dernier, et l’assurance d’obtenir un arrêté de catastrophe naturelle.

 

Une digue gonflable pour la première fois en France  

Toujours en Bretagne, mais à Pontivy, dans le Morbihan, les autorités ont expérimenté une digue gonflable de 200 m pour protéger deux rues situées au bord de la rivière du Blavet. Ce barrage est constitué de deux énormes boudins de 1,20 m de haut sur 2,50 m de large gonflés d'air puis remplis d'eau. Cette digue a été acheminée depuis Jarnac, en Charente, après une demande du préfet du Morbihan auprès du ministre de l'Intérieur et installée pour la première fois en France par une vingtaine de militaires de la sécurité civile et autant de pompiers. Ce système n’a toutefois pas pu faire ses preuves car, finalement, la crue annoncée du Blavet n’a finalement pas eu lieu.

 

Des dégâts encore à évaluer  

S’il est encore trop tôt pour dresser le bilan de ces intempéries, on constate déjà que plusieurs ouvrages sur les traits de côtes ont été par endroit entamés par les vagues qui déferlent depuis plusieurs jours. Dans le sud du Finistère, le cordon dunaire et les digues du secteur de Concarneau ont souffert. A Combrit, le cordon dunaire est endommagé « à plus de 70% » et dans cette commune comme à Treffiagat, les dégâts menacent quelques habitations situées proches du littoral, a précisé le sous-préfet de Morlaix, Philippe Loos.
Dans les Pays de la Loire aussi on panse ses plaies. Après le périphérique de Nantes, plusieurs routes départementales étaient encore inondées lundi 6 janvier. Sur la côte, ce sont les vagues qui ont causé le plus de dégâts. A La Baule, la mer a détruit plusieurs restaurants et des tractopelles sont à l'ouvrage pour dresser des remparts de sable. Enfin en Vendée, la Préfecture ne signale pas de gros dommages. « Nous renouvelons les règles de précautions de rigueur et surveillons l'ensemble des points fragiles du cordon dunaire » souligne Frédéric Lavigne, directeur de cabinet du préfet. Parmi ces points fragiles, la digue au niveau de la Belle Henriette, entre La Tranche-sur-Mer et La Faute-sur-Mer, renforcée après Xynthia fait l’objet d’une attention particulière. Cette zone sensible est intégrée au plan de défense prioritaire contre la mer depuis octobre 2013. Elle fait notamment partie des onze chantiers privilégiés par l'État, et qui doivent aboutir en 2014.

 

Commentaires

La Bretagne s'organise pour endiguer les crues

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur