En direct

LA BOURSE DE COMMERCE ENTAME UNE AUTRE VIE

Félicie Geslin |  le 18/10/2018  |  AisneParisFrance entièreCentre commercial

2. MUSÉE -

La reconversion de la Bourse de Commerce en lieu d'exposition pour la collection Pinault s'opère dans le respect de la restitution de l'état du e siècle, au moyen de subtiles adaptations.

Au cœur de Paris, un édifice emblématique du paysage architectural, et pourtant délaissé pendant des années (il doit à son inscription en 1975 au titre des Monuments historiques d'avoir échappé à la démolition), est en cours de mutation.

Construite au XVIIIe siècle par Nicolas Le Camus de Mézières, l’actuelle Bourse de Commerce a d’abord été une halle destinée au stockage du blé. À ceci de particulier qu’elle intégra d’emblée un vestige architectural du XVIe siècle, une colonne astronomique cannelée, sauvée de la démolition de l’hôtel de Soissons bâti par Jean Bullant pour Catherine de Médicis. « C ’est là un des premiers exemples de conservation patrimoniale en France », remarque Pierre-Antoine Gatier, Architecte en chef des monuments historiques, en charge de la restauration.

Cela préfigure également la destinée singulière de ce bâtiment de plan circulaire (fait rare pour un tel usage), composé d'arcades ceinturant une cour centrale. Car cette cour a ensuite été couverte d'une première coupole, incendiée au début du XIXe siècle, avant que l'architecte François-Joseph Bélanger, secondé par Jacques-Ignace Hittorff, ne vienne la doter en 1813 d'une couronne reposant sur une charpente inédite, en fonte de fer, d'une portée exceptionnelle.

La technicité de cette coupole lui valut d'être conservée lorsqu'entre 1885 et 1889, l'architecte Henri Blondel entreprit de transformer la halle en bourse des marchandises. Sa seule intervention consista à la recouvrir à mi-hauteur en introduisant, entre les fermes métalliques de Bélanger, une maçonnerie de briques creuses. En revanche, la structure annulaire périphérique du bâtiment fut démolie, puis entièrement reconstruite en pierre de taille, et l'ensemble des espaces intérieurs reconfiguré (création d'un entresol, ajout d'un étage, etc. ).

C'est donc à cet état de 1889, progressivement dénaturé au gré des différentes affectations du bâtiment, que se réfère la restauration actuelle conduite par Pierre-Antoine Gatier, autant que son adaptation à ses futurs usages, sous la direction de l'architecte Tadao Ando et des deux associés de l'agence NeM, Lucie Niney et Thibault Marca.

Conserver et reconstituer

La restauration est ainsi guidée par une double intention : offrir au bâtiment une cure de jouvence, ainsi que les conditions techniques nécessaires à l'exposition [...]

Cet article est réservé aux abonnés CTB, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur