En direct

La biodiversité soude les projets de territoire franciliens
Les arpenteurs de l'Essonne ont posé les jalons d'une zone naturelle sensible issue de la dépollution du lac Montalbot - © Alexis Linge - CAUE 91

La biodiversité soude les projets de territoire franciliens

Laurent Miguet |  le 02/03/2020  |  BiodiversitéEssonneSeine-Saint-DenisVal-d'Oise

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Biodiversité
Essonne
Seine-Saint-Denis
Val-d'Oise
Valider

Des valeurs partagées accélèrent la territorialisation de la biodiversité. Les quatre conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement d’Ile-de-France l’ont expérimenté tout au long de l’année 2019, avant de restituer les acquis de la démarche, le 27 février à Nanterre. La direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie annonce un approfondissement opérationnel en 2020. Ce soutien de l’Etat contribue à l’évaluation du schéma régional de cohérence écologique.

Saint-Ouen l’Aumône (Val-d’Oise) illustre les fruits de la méthode de l’arpentage, associée au partage des valeurs : « La biodiversité ne figurait pas en haut de la pile des urgences de la commune. La journée du 16 septembre a ouvert la voie à une orientation d’aménagement et de programmation dédiée à ce thème, dans le cadre de la révision en cours du Plan local d’urbanisme », explique Odile Drouilly, directrice du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) du Val-d’Oise.

L’arpentage change tout

A l’orée de la future forêt de Pierrelaye qui poussera sur les anciens champs d’épandage des eaux usées de la ville de Paris, l’émergence du projet réglementaire découle d’échanges entre des acteurs qui souvent, ne se connaissaient pas : syndicat mixte des berges de l’Oise, SNCF Réseaux, direction départementale des territoires, Agence régionale pour la biodiversité, agglomération, commune…

De juillet à septembre 2019, quatre visites de sites à enjeu ont peaufiné la démarche de l’Union régionale des CAUE, dans chacun des quatre départements d’Ile-de-France. « L’arpentage sur le terrain, ça change tout ! », commente Guillemette Morin, urbaniste au CAUE de Seine-Saint-Denis, qui a ouvert le ban le 9 juillet avec une vingtaine de participants : sur les emprises longtemps dédiées au projet autoroutier abandonné entre le parc de la Haute Ile et le plateau d’Avron, ils ont exploré le potentiel du Nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU).

arpentage 93
arpentage 93 - © Alexis Linge - CAUE 91

Sur des prairies qui prospèrent dans des emprises autrefois promises à une autoroute, les arpenteurs de Seine-Saint-Denis injectent la biodiversité dans le renouvellement urbain.

Diversité, égalité

Au début de chacune des trois pauses qui ponctuent les arpentages, les participants retirent leurs lunettes habituelles, qui cadrent une vision limitée dans l’espace et le temps. A la place, ils regardent le territoire par le prisme de leurs valeurs, sur la voie de la transition écologique et de la restauration de la biodiversité : « Sans jugement préconçu, sans considération d’argent ou de pouvoir, les valeurs mettent chacun sur un pied d’égalité », constate Valérie Kauffmann, directrice du CAUE de l’Essonne.

Dans ce département, les arpenteurs ont imaginé la reconquête écologique du lac Montalbot, à Vignieux-sur-Seine : la ville, l’agglomération Val d’Yerres - Val de Seine et le département envisagent l’aménagement d’un espace naturel sensible, à proximité de la future gare du Grand Paris. « La biodiversité devient le sujet central de multiples projets épars », se réjouit Valérie Kauffmann.

Inclusion

Avant les arpentages de l’été 2019, les quatre CAUE se sont familiarisés avec la méthode portée par la politologue et prospectiviste Carine Dartiguepeyrou, cofondatrice de l’Observatoire des valeurs. L’exercice, qui fait écho à d’autres démarches engagées en Bourgogne Franche-Comté et dans les Pays-de-Loire, répond à une demande de renouvellement démocratique : « L’inclusion émerge comme le grand sujet des politiques publiques », remarque la politologue.

Carine Dartiguepeyrou
Carine Dartiguepeyrou - © Laurent Miguet

La prospectiviste Carine Dartiguepeyrou a aidé les CAUE à exprimer et à partager leurs valeurs, pour accélérer la transition écologique des territoires franciliens.

Le 27 février à Nanterre lors de la restitution d’un an de travail, les quelques 90 participants, répartis dans une dizaine d’ateliers, ont à leur tour vécu l’expérience de transformation de leurs énergies individuelles en dynamique collective : « Très rapidement, vos échanges ont abouti à un partage fluide, à partir d’une grande diversité de valeurs », a constaté Carine Dartiguepeyrou.

Autour d’un sujet « qui pousse chacun à prendre conscience des conséquences de ses choix pour les générations futures », l’accompagnatrice des arpenteurs propose ce bilan d’étape : « Les dialogues ont donné aux CAUE l’occasion de mettre en œuvre le meilleur d’eux-mêmes, comme acteurs neutres et constructifs. »

Commentaires

La biodiversité soude les projets de territoire franciliens

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Date de parution : 04/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur