En direct

La (bio)diversité de l'offre crée de la valeur

Marie-Hélène Nougaret |  le 08/10/2010  |  Technique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
Technique
Valider
MARCHÉ -

Sur un marché dominé par les isolants minéraux, les produits d'origine végétale ou animale ressemblent à des lilliputiens. Approximatives, les évaluations concernant les trois principaux isolants de ce segment - ouate de cellulose, fibres de bois et chanvre font état d'un chiffre d'affaires fabricants d'environ 200 M€. Mais cette niche fait pourtant l'actualité.

Non seulement les chantiers se multiplient, en rénovation et neuf, mais surtout les projets sont de plus en plus importants : bâtiments agricoles, petits logements collectifs, etc. Même les collectivités locales se convertissent à l'isolation alternative. Résultat : les ventes croissent de 30 à 50 % chez certains négociants et l'offre s'enrichit. Aux côtés des fabricants historiques, de nouveaux intervenants - issus du secteur de l'isolation ou pas - ont fait leur entrée sur le marché. Conscients du poids que leur segment prend et des enjeux qu'ils bousculent, les industriels s'organisent. Chacun investit pour accroître sa compétitivité et proposer des solutions répondant mieux aux attentes du marché. Malgré des moyens parfois restreints, ces PMI installent des structures de lobbying et s'impliquent dans la certification de leurs offres. Elles se positionnent aussi sur Internet où une véritable guerre de l'information se joue. Avec, pour témoins, les particuliers ! Entre la demande pressante de ces prescripteurs et une offre de plus en plus sérieuse, les négoces généralistes et les artisans peinent parfois à emboîter le pas aux spécialistes qui ont ouvert le chemin. Cependant, depuis un an, une évidence s'impose à eux : ce segment apporte un CA additionnel et devient un relais de croissance. La niche deviendrait-elle une lame de fond ?

Paru dans Négoce n°329 du 5 mai 2010

AVIS D'EXPERT - Jean-Pierre Buisson - Président de l'Association syndicale des industriels de l'isolation végétale (Asiv) - « Apporter notre expertise dans les instances traitant de l'isolation »

À l'origine de la création de l'Asiv en novembre 2009, il y a trois industriels : Buitex, Soprema et Steico. Depuis, d'autres entreprises nous ont rejoints et nous serons une dizaine de membres actifs d'ici la fin de l'année. Nous participons désormais à toutes les instances représentatives qui traitent de l'isolation : l'Acermi, le Groupe spécialisé du CSTB pour les avis techniques (le GS 20) et aussi celui du DTU 31-2 sur les bâtiments à ossature bois. C'est très important d'apporter dans ces structures notre expertise sur les nouveaux produits et la définition des normes, car l'impact à venir de la RT 2012 va être extrêmement important. Le marché doit prendre conscience que c'est une véritable révolution qui va se jouer dans le bâtiment. Avec la promotion de l'isolation, mais aussi avec la consommation de produits plus écologiques ! Ainsi, par exemple, ce sont des performances dans la durée qu'il va falloir évaluer. L'Asiv entend être à l'écoute du marché et communiquer au grand public toutes les informations relatives aux isolants. C'est fondamental, car les particuliers sont les principaux prescripteurs des solutions d'isolation alternative actuellement sur notre secteur. Notre action doit également permettre de beaucoup mieux informer les artisans qui manquent d'expertise, même si certains se mobilisent déjà fortement. Enfin, le rôle des négociants comme relais dans la connaissance de nos produits est fondamental.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

30 à 40 %

De croissance annuelle moyenne des ventes.
Sur un marché français de l'isolation qui génère un CA annuel de 1,3 Md€, les isolants alternatifs ne pèsent encore pas bien lourd. Mais leur dynamique de croissance attire nombre d'industriels qui investissent dans les outils productifs, les nouveautés et la certification, entraînant dans leur sillage les négociants... encore récalcitrants voilà deux ans.

Le trio gagnant en volume

En fiabilisant le sourcing et en investissant dans l'outil productif, les producteurs d'ouate de cellulose, de fibres de bois et, dans une moindre mesure, de chanvre ont hissé leurs matériaux en tête du marché de l'isolation dite biosourcée.

1

Ouate de cellulose

2

Fibres de bois

3

Chanvre

Source : estimations des industriels
Réglementation

le Crédit d'impôt et l'éco-prêt à taux zéro :

La réglementation ne sélectionne pas les isolants par type de matériaux pour qu'ils soient éligibles aux crédit d'impôt et/ou à l'éco-prêt à taux zéro. Ce sont des critères techniques qui comptent (marquage CE, R minimum.).

les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire :

Les FDES sanctionnent une évaluation environnementale et sanitaire d'un produit selon un référentiel. Elles relèvent d'une démarche volontaire, mais certaines peuvent être « vérifiées » par une tierce partie. Des FDES existent déjà pour des isolants en chanvre, laine et fibres de bois, plume de canard et - dernier en date le métisse (un isolant à base de textiles recyclés). Une norme européenne devrait voir le jour en 2011 sans provoquer d'ajustements majeurs au référentiel français.

l'Acermi :

Certification sanctionnée par un contrôle du CSTB ou du LNE (Laboratoire national d'essais), l'Acermi valide les caractéristiques techniques de l'isolant mais aussi leur durée dans le temps. Des Acermi ont été délivrées à des produits à base de plumes de canard, chanvre, laine et fibres de bois, ainsi qu'en liège expansé.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil