Immobilier

La belle vie immobilière selon Nexity

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières

Le Pdg de Nexity Alain Dinin présentait mercredi 22 février les résultats de son groupe qui a réalisé 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011. Il en a profité pour proposer des solutions à la crise du logement.

« On a fait une très belle année ! » Le Pdg du promoteur immobilier Nexity Alain Dinin est satisfait : même si le chiffre d’affaires de son groupe est en baisse de 5 % en 2011 par rapport à 2010 (2,603 milliards d’euros contre 2,747), ses 3,3 milliards d’euros de commandes lui assurent une année 2012 confortable. Avec 19 mois d’activité devant lui Nexity se projette donc déjà sur mi-2013.

Dans le détail, Nexity a enregistré la réservation de 11.424 logements neufs et 2.834 terrains à bâtir. 63001 logements avaient été vendus au T3. Nexity représente désormais une part de 11,4 % du marché national dans le résidentiel.

Dans le secteur de l’immobilier d’entreprise, Nexity a enregistré 644 millions d’euros de prises de commandes. Mais si la pénurie guette dans ce secteur, c’est bien le manque de logements en France qui focalise l’attention d’Alain Dinin.

 

Une France de bien-logés

La présentation des résultats de Nexity a en effet surtout été l’occasion pour lui de présenter plusieurs propositions pour résoudre la crise du logement actuelle. Des propositions nées d’une étude menée avec Ipsos auprès des Français.

« Nous manquons de près d’un million de logements et nous mettrons en chantier moins de 330.000 logements en 2013, point bas des 20 dernières années », estime Alain Dinin. « Cet état de fait amplifiera la crise du logement et pèsera par effet de dominos sur les prix de l’ancien ».

Dès lors, pour M.Dinin les dernières mesures annoncées par Nicolas Sarkozy – mise en vente du foncier public et augmentation des normes de constructibilité – sont largement insuffisantes. Surtout elles auront un impact trop tardif.

Dans cette optique, un mix « soutien à l’accession à la propriété – développement du parc locatif » est essentiel.

Première cible : le prêt à taux zéro : « il faut arrêter de distribuer ces prêts subventionnés aux classes moyennes », a insisté Alain Dinin. Nexity propose donc de créer un Prêt d’Apport Logement à 0%, davantage calibré selon les régions et dont le montant varierait en fonction des revenus.

Deuxième cible : l’investissement locatif. Pour les particuliers, le but serait de mobiliser l’épargne en faveur d’une offre locative sociale et intermédiaire. Pour les institutionnels, Alain Dinin voit un potentiel de 50.000 logements par an en garantissant aux investisseurs un taux de rendement de 4 à 4,5% malgré des loyers modérés, la différence étant assurée par l’Etat. Le patron de Nexity a évalué le coût annuel d’un tel dispositif à seulement 300 M€ par an à comparer à une enveloppe d’environ 1 milliard pour le Scellier de 2009 à 2010.

Troisième cible, trop souvent ignorée : les seniors et les étudiants, Alain Dinin estime qu’il faut trouver des investisseurs pour construire des résidences étudiantes et des résidences pour personnes âgées puisque ces catégories n’achètent pas. Il suggère donc d’améliorer le dispositif fiscal de location meublée non professionnelle (LMNP) dédié à ce type de logements.

Quatrième cible : le foncier. Alain Dinin propose de créer un « choc foncier » pour libérer des terrains à « prix maîtrisés », notamment en inversant la logique d’imposition des plus-values sur les terrains à bâtir et en incitant à la mise en production de terrains constructibles déjà inscrits dans le PLU.  » En Ile-de-France les ZAC (Zones d’aménagement concerté) représentent 115.000 logements potentiels or 19.000 seulement vont ête mis en production en 2012″ a-t-il relevé. Pour les terrains d’État, Alain Dinin a même proposé de plafonner les prix de vente et les loyers et de réduire la marge des promoteurs à un maximum de 8% (celle de Nexity a atteint 10% en 2011 dans l’immobilier résidentiel).

S’éloignant un peu du concept de « France de propriétaires », le PDG de Nexity a donc préféré promouvoir une « France de bien-logés ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X