En direct

La bataille Eiffage-Sacyr
Jean-François Roverato (Eiffage) et Luis del Rivero (Sacyr). - ©

La bataille Eiffage-Sacyr

CHESSA Milena |  le 28/12/2007  |  EntreprisesParisFrance entière

Eiffage et Sacyr ont offert un scénario à rebondissements. Acte 1 : l’espagnol monte à 33 % du capital d’Eiffage mais n’est pas autorisé à siéger au conseil d’administration. Parallèlement, d’autres investisseurs espagnols acquièrent environ 17 % d’Eiffage. Acte 2 : à l’AG du 18 avril, Sacyr et les investisseurs espagnols essuient un refus, certaines de leurs actions étant privées de leur droit de vote. Ils attaquent cette décision devant le tribunal de commerce et lancent une OPE. Acte 3 : le 27 juin, l’Autorité des marchés financiers refuse l’OPE, soupçonnant Sacyr d’avoir organisé une prise de contrôle rampante d’Eiffage. Sacyr est enjoint de lancer une OPA en cash au prix de 127,30 euros par action. Acte 4 : le 14 novembre, Sacyr, très endetté, laisse entendre qu’il est prêt à vendre. Pour autant, la procédure judiciaire continue. L’audience de plaidoiries est prévue devant la cour d’appel de Paris le 5 février 2008.

Retrouvez le classement 2007 des 10.000 premières entreprises du BTP dans l'annuel Entreprises édité par le Groupe Moniteur, actuellement en kiosque. Pour le commander en ligne, cliquer ici.

Commentaires

La bataille Eiffage-Sacyr

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur