Quartier

La baignade naturelle, une solution contre les algues

Le Lac des Sapins, dans le Rhône, a ouvert cet été une baignade naturelle. Un choix des élus pour offrir une eau débarrassée des algues sans recourir aux produits chimiques ni défigurer le paysage.

Depuis le 13 juillet dernier, les baigneurs du Lac des Sapins dans le Rhône profitent d’une baignade biologique, à savoir une « piscine » à filtre naturel et sans produits chimiques. Preuve de l’engagement écologique de la communauté des communes du pays de Amplepuis-Thizy, ce choix de construction demeure une solution contre les problèmes d’algues.

« Le Lac des sapins connaît une eutrophisation, explique Julien Fargettas, responsable service tourisme et culture. Cela entraîne une prolifération d’algues non dangereuses, mais désagréables pour la baignade. Les parents n’apprécient pas vraiment de voir leurs enfants sortir de l’eau recouverts de  plantes aquatiques… Des familles nous ont fait des remarques, et nous avons observé une baisse de fréquentation. » D’où l’envie de trouver une solution.

Protéger la biodiversité

 

Grâce à son système de filtration des eaux par les plantes, la baignade naturelle règle le problème tout en préservant l’environnement. « Le lac, artificiel, est alimenté par la rivière. Un travail d’assainissement collectif et non collectif a été effectué en amont sur le cours d’eau, mais les algues n’ont pas disparu. » Une alternative possible aurait été de construire un complexe aquatique classique. Mais cette solution est sans cohérence avec l’ambition écologique du pays d’Amplepuis-Thizy. La communauté des communes envisage en effet de devenir Eco-Territoire d’ici 2015. Et, comme le souligne le responsable, « la baignade aquatique permet aussi de se démarquer ». Cinq communes seulement en France en possèdent, même si plusieurs projets de construction se profilent.

Le public du Lac des Sapins semble convaincu. « Nous avons accueilli notre 60 000e client le 19 août, se réjouit Julien Fragettas. Le nombre de places occupées dans le parking a augmenté de 73%. La fréquentation a aussi changé. Avant, les visiteurs venaient de l’agglomération lyonnaise. Des baigneurs arrivent aujourd’hui de la région stéphanoise ou de Bourgogne pour découvrir la baignade. Certains n’hésitent pas à rouler deux heures. » Autre preuve de satisfaction : la baignade payante (3,50 euros pour les adultes, 2,50 euros pour les jeunes de 5 à 16 ans) accueille plus de personnes que la partie plage du lac non aménagée, mais gratuite.

Focus

Repères

Sur les 30 ha de surface d’eau, la baignade naturelle représente 14 000 m². Elle comporte un petit bassin de 2 500 m² et un ensemble bassin moyen – grand bassin de 4000 m². La lagune de filtration (3 980 m²) se compose de 39 000 plantes (roseaux, joncs, jacinthes d’eau et fragments).

A l’origine de la structure, deux cabinets lyonnais. La baignade a été conçue par le cabinet d’architectes paysagiste Green Concept, spécialiste sur ce type de structure. L’agence a également imaginé les cinq autres baignades collectives de France : La Chapelle Saint-Sauveur (Saône-et-Loire), Marsac (Creuse), Mont-près-Chambord (Loir-et-Cher), Saint-Chaffrey (Provence-Alpes-Côte d’Azur), Combloux (Haute-Savoie). Les bâtiments ainsi que la piste de secours ont été créés par l’agence Vurpas.

Eco-Territoire

Un Eco-territoire adhère aux principes du développement durable, le met en œuvre et en fait un levier de son développement au travers de la mise en place d’activités inoventes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X