L’Unis met au défi le futur gouvernement
L’Union des syndicats de l'immobilier (Unis) appelle à repenser la politique de rénovation des logements. Ici, un poseur de pompe à chaleur. - © EBS

L’Unis met au défi le futur gouvernement

Cyril Peter |  le 26/04/2022  |  LogementRénovation énergétique UnisFnaimEmmanuel Macron

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Logement
Rénovation énergétique
Unis
Fnaim
Emmanuel Macron
Présidentielle 2022
Gouvernement
France
Collectivités locales
Vie du BTP
Bâtiment
Valider

L’Union des syndicats de l’immobilier (Unis) milite pour la création d’un ministère de l’Habitat.

Point de commentaires à propos de la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République dimanche 24 avril. L’Union des syndicats de l'immobilier (Unis) préfère mettre au défi le futur gouvernement, dont la nomination est annoncée la semaine prochaine.

« La mise en oeuvre des quatre grandes priorités de l’Agenda Logement 2022 dressées par l’Unis, la Fnaim et Plurience ne peuvent plus attendre », lit-on dans son communiqué daté du 25 avril.

La création d’un ministère de l’Habitat « de plein exercice » constitue la première priorité. Comme la Fédération française du bâtiment (FFB), qui souhaite le regroupement du Logement, de la Ville et de la Cohésion des territoires sous la même chapelle, l’Unis veut mettre fin au « dispersement » actuel « entre plusieurs ministères et plusieurs administrations ».

« Territorialiser la politique du logement »

Deuxième priorité : repenser la stratégie de rénovation des logements pour « mettre le parc immobilier français au niveau des standards énergétiques européens », explique le premier syndicat de la gestion immobilière. Le calendrier des interdictions progressives de hausse des loyers puis de mise en location des biens énergivores « constitue une accélération brutale, non anticipée, et toujours insuffisamment accompagnée de la rénovation, au détriment de toute logique d’efficacité », souligne l’Unis. En cause notamment, le manque de résultats concrets faute de montée en puissance de la rénovation globale.

L’Unis demande donc un assouplissement du calendrier prévu par la loi Climat et Résilience, qui planifie l’interdiction de mise en location des logements étiquetés G dès 2025 (2028 pour les F et 2034 pour les E).

Les deux autres priorités visent à « réformer l’accompagnement de l’investissement locatif » et à « territorialiser la politique du logement ». Sur ce dernier souhait, l’Unis explique que « l’État devra se charger de fixer les grands objectifs (ZAN, rénovation, part de logements sociaux, densification) et les collectivités locales en écrire la trajectoire et les mettre en œuvre en fonction des réalités locales ». Vaste programme.

Sur le même sujet Emmanuel Macron réélu, et maintenant ?

Commentaires

L’Unis met au défi le futur gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil