Energie

L’UE fait des propositions contre la précarité énergétique

Mots clés : Réglementation européenne - Risque sanitaire

Dans un avis publié au Journal officiel de l’Union européenne du 7 juin, le Comité des régions de l’Union réclame « des mesures efficaces à court, moyen et long termes pour endiguer et atténuer ce phénomène, qui a une incidence directe sur la santé publique et la qualité de vie des personnes ».

Entre 50 et 125 des 505,7 millions d’habitants de l’Union européenne sont touchés par la précarité énergétique, alors que les prix de l’électricité pour les ménages et l’industrie ont grimpé en moyenne de 29 % dans l’UE entre 2005 et 2011, selon le Comité des régions (CdR). Il estime dans un avis publié le 7 juin au JOUE que l’écart croissant entre la hausse des prix de l’énergie et la hausse des revenus « risque de favoriser une propagation continue de la pauvreté énergétique » dans l’ensemble du bloc.

L’organe consultatif représentant les collectivités locales et régionales au sein de l’UE fait ainsi état de 30 % des citoyens de Bulgarie, du Portugal, de Lituanie, de Roumanie, de Chypre, de Lettonie et de Malte qui sont incapables de se chauffer correctement et doivent régler des factures énergétiques démesurées. Un taux qui atteint les 20 % en Grèce, en Pologne, en Italie, en Hongrie et en Espagne. Le Comité réclame « des mesures efficaces à court, moyen et long termes pour endiguer et atténuer ce phénomène, qui a une incidence directe sur la santé publique et la qualité de vie des personnes ».

Le CdR estime que la précarité énergétique « doit être vue en premier lieu comme un aspect de la pauvreté en général » et suggère, comme le Comité économique et social européen (CESE), d’en élaborer une définition « suffisamment souple pour tenir compte des différents systèmes énergétiques, niveaux de revenus et structures sociales » des 28 États-membres. Pour lutter contre la précarité énergétique, il préconise notamment d’achever le marché intérieur de l’énergie ; de développer et de commercialiser des énergies renouvelables de la manière la plus efficace possible au regard des coûts ; d’attribuer en priorité les Fonds structurels européens aux projets favorisant le passage à des sources d’énergie non fossiles et non nucléaire et visant à enrayer la précarité énergétique ; d’améliorer l’efficacité énergétique ; de faire participer l’échelon local et régional ; et de ne pas couper les consommateurs vulnérables de l’approvisionnement énergétique.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X