En direct

L’opération « 15 000 bâtisseurs » est un franc succès
« 15 000 bâtisseurs »: les entreprises du BTP de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont largement joué le jeu. - © Christiane Wanaverbecq

L’opération « 15 000 bâtisseurs » est un franc succès

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 21/02/2020  |  Droit de la constructionProvence-Alpes-Côte d'AzurGrand Paris - Ile-de-FranceFFBArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Formation BTP
Droit de la construction
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Grand Paris - Ile-de-France
FFB
Artisans
Apprentissage BTP
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Valider

Ce 20 février, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Julien Denormandie, ministre de la Cohésion des territoires, étaient à Marseille pour fêter le succès de l’opération « 15 000 bâtisseurs ». Près de 20 000 contrats ont été signés dans toute la France. Le département des Bouches-du-Rhône affiche de particulièrement bons résultats avec 1 910 engagements.

Plus de deux ans après son lancement le 18 juillet 2018, l’opération « 15 000 bâtisseurs » a largement dépassé ses objectifs. A ce jour, 19 836 contrats ont été signés avec des personnes issues des quartiers « Politique de la ville (QPV) » et 1 408 avec des réfugiés.

Pour fêter le succès de l’opération, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Julien Denormandie, ministre de la Cohésion des territoires, sont venus à Marseille, ce jeudi 20 février.

Ils ont choisi comme cadre la maison du BTP. Et ce n’est pas par hasard, car les entreprises du BTP de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont largement joué le jeu en signant 2 307 contrats avec des personnes issues des QPV et 345 avec des réfugiés. La région se place ainsi juste après l’Ile de France qui enregistre, elle, 7 941 contrats, dont 28 avec des réfugiés.

« Cette différence s’explique par la taille de la région Ile-de-France et le nombre de QPV. Juste après la région Paca, vient la région Hauts de France avec 1 430 signés », a souligné Patrick Ramé, président de la fédération française du BTP en Ile-de-France et porteur de l’opération « 15 000 bâtisseurs ».

Rôle des outils de formation

Pour Philippe Piantoni, président de la FFB Paca, « ces résultats sont à mettre tout particulièrement au crédit de la Fédération du BTP des Bouches-du-Rhône (FBTP13) ».

Dans ce seul département, 1 910 contrats ont été signés, dont 184 avec des réfugiés. « Depuis 2008, nous sommes la seule organisation professionnelle à intervenir au sein des cités, dans les centres sociaux et les associations de quartier », a déclaré Isabelle Lonchampt.

L’ancienne présidente du Geiq BTP 13 & Méditerranée (80 entreprises adhérentes et 120 contrats en alternance par an) a, ensuite, souligné le rôle des outils de formation, tels les Geiq et les six centres de formation des apprentis BTP de la région, ou bien encore celui du parrainage par Pro BTP.

« Mais ne nous trompons pas, la réussite de ces contrats, dont je rappelle que 86 % sont transformés en CDI, résulte d’un travail de fourmis et d’une volonté acharnée des entreprises du BTP à vouloir pérenniser l’emploi local », a-t-elle insisté. Les partenariats noués à tous les échelons avec les acteurs de l’emploi sont une autre condition de la réussite : Pôle emploi, l’Agefiph, le conseil régional Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Direccte, etc.

Lier clauses d’insertion et apprentissage

Isabelle Lonchampt a profité de la présence des deux ministres pour suggérer « que les contrats d’apprentissage soient un critère éligible aux clauses d’insertion dans les marchés publics et que les stages puissent le devenir également pour des marchés de petite taille.

Ainsi, les 21 000 bâtisseurs aujourd’hui se transformeront en 30 000 ou 40 000 bâtisseurs demain ». Selon elle, « il ne suffit pas d’intégrer des clauses d’insertion dans les marchés. Il faut définir les besoins des entreprises, présélectionner, sélectionner, préformer, former, qualifier et accompagner ».

Sur le même sujet Les conseils de Bercy pour rendre ses marchés publics plus « sociaux »

Le message a été entendu par les deux ministres qui proposent de généraliser les clauses d’insertion aux apprentis. La région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur a déjà franchi le pas en acceptant que l’alternance puisse être prise en compte comme un moyen de répondre aux clauses d’insertion.

Sur le même sujet Les clauses sociales encouragent l'emploi local

Reste selon Patrick Ramé à résoudre une problématique de fond :  « 300 000 chômeurs sont répertoriés. Et le bâtiment n’arrive pas à recruter faute d’attractivité », rappelle-t-il.

Commentaires

L’opération « 15 000 bâtisseurs » est un franc succès

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil